Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2005 4 24 /03 /mars /2005 00:00

En entreprise, je pose souvent des questions sur la planification des projets. Les réponses les plus courantes sont:

  • le planning n'est pas fiable
  • personne ne croit au planning
  • le planning n'est pas conforme à la réalité
  • nous ne tenons pas les délais
  • le planning est incompréhensible.

Quand j'ajoute: "quelle méthode utilisez-vous?", la réponse la plus spontanée tombe : "Microsoft Project".


Lire la suite de l'article à cette adresse : motiver et construire un vrai planning projet en intelligence collective

 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2005 3 23 /03 /mars /2005 00:00

Parmi les apports efficaces de ce partenariat canadien (http://www.icformation.com/ et http://www.gamonnet.com/), l'approche par les symptômes des maladies du temps accroche l'attention. Les 80 participants à ce séminaire d'il y a quelques jours en Espagne étaient enthousiastes...

Les maladies, quelles maladies ?

La chronophagie: "pas moyen d'être tranquille"

La lifophilie: "vite c'est urgent"

La ouïte: "je n'ai pas le choix"

La tempsdinite: "je n'ai pas le temps"

auxquelles s'est ajoutée, la mailite: "j'ai trop de courriels" (ou mail pour les intimes)

Si vous avez de tels symptômes... parlons-en.

 

(article dédié à François Gamonnet)

Partager cet article

Repost0
12 mars 2005 6 12 /03 /mars /2005 00:00

Objectif: 20 courriels reçus par jour...


Plusieurs fois ces dernières semaines, j'ai eu le commentaire suivant :

- ok Laurent, j'ai compris l'intérêt de gérer ma boite d'arrivée de messagerie (ou inbox pour les british). Et j'ai compris que il faut je nettoie tous les jours ce dossier. Seulement voilà, j'ai 1587 messages actuellement dans ma boite d'arrivée, comment ramener ce chiffre à une page d'écran maximum ?

Mon conseil à 10€: tenter de ranger un tel foutoir est une garantie de perdre son temps et son moral. Alors, grand ménage: les 1587 messages, il faut les mettre dans un nouveau dossier, une poubelle temporaire. Il faut démarrer cette nouvelle bonne habitude - je vais gérer ma boite d'arrivée - avec une page blanche. Les 1587 messages sont en poubelle temporaire,  donc j'ai géré mon angoisse d'avoir perdu quelque chose d'important. Et ma boite d'arrivée est vide ! Probablement sera-t-il nécessaire de revenir chercher quelques dizaines de messages (et encore) dans cette poubelle temporaire dans les 2 à 3 mois, et dans 6 mois... grande lessive !

A chaque fois que j'ai donné ce petit truc, j'ai senti le soulagement de mon interlocuteur.

Le concept de la fausse poubelle, décidément c'est à breveter...

 

20 courriels reçus par jour maximum, possible or impossible ?

Pour aller plus loin, téléchargez les 7 bonnes pratiques d'utilisation de la messagerie...

 

On est responsable du nombre de courriels qu'on reçoit !

Partager cet article

Repost0
10 mars 2005 4 10 /03 /mars /2005 00:00

Dans ce pays irréformable, il existe une bonne niche de pratique professionnelle pour échapper à la prise d'otages que certaines professions exercent sur la population: le télétravail. Les électrons qui amènent l'électricité chez moi, mon ordinateur, mon téléphone ne font jamais grève. Alors, je vais consacrer ma journée à des travaux de préparation et à téléphoner à mes clients et partenaires. Surtout ne pas se déplacer, c'est la consigne du jour.

J'ai même décalé un rendez-vous important, mais pas urgent, pour éviter de tomber dans le bourbier de la grande ville où je devais passer la journée. Le télétravail (voir l'excellent site de Bob Fortier à ce sujet http://www.ivc.ca/bf.htm), c'est un gisement de développement extraordinaire pour les entreprises, avec à la clé des gains de productivité inattendus. C'est un choix essentiel de management d'entreprise à la mesure de notre monde mouvementé… et c'est le choix d'Innovation Consultants.

Cependant, j'ai eu un doute ce matin. Je réveille mon PC branché sur Google et je vois une page rarissime: "Google, server error". J'ai pensé que même les électrons avaient été contaminés par la grève. Fausse alerte, j'ai rafraîchi mon butineur, et tout est rentré dans l'ordre. N'ébruitez pas la grève auprès des électrons, cela pourrait donner des idées à certains.

Bonne journée à pied…

Partager cet article

Repost0
20 février 2005 7 20 /02 /février /2005 00:00
19h ce soir...

Mon fiston (6ème) affolé, cherche la liste des bouquins qu'il doit lire cette année. Il ne l'a pas. Heureusement, j'ai une copie de la liste dans mes papiers.

Le fils: - ouahou, il faut lire ce roman pour l'école avant le 3 mars !

Je vous laisse imaginer la suite puisqu'on est le 20 février, que la lecture n'est pas sa "top passion", qu'il y a les jours chargés d'école, etc... Alors ce soir, je tente d'être un cordonnier mieux chaussé que d'habitude, et ce que je pratique en entreprise chez mes clients, je vais le tenter avec mon fils.

Le père: ton bouquin, il fait combien de pages ?

Le fils: grrrrrrrrr (grommellement caractéristique)

Le père: bon, montre, ok 208 pages, il reste combien de jours ?

Le fils: grrrrr (grommellement un peu moins long)

Le père: euh, pas beaucoup, car on est en février. Pas grave, j'écris sur un papier: dimanche, lundi, mardi... jusqu'au mercredi 2 mars. Puis une ligne en dessous: objectif de pages à lire, une autre ligne: numéro de pages, encore une ligne: réalisé, et une dernière: commentaires.

Le fils: grr (grommellement de plus en plus court)

Le père: bon, tu as lu combien de pages depuis tout à l'heure ?

Le fils: 7 (miracle, il parle)

Le père: bon, avant de te coucher, tu peux encore en lire combien ?

Le fils: je finis le chapitre, je peux en lire 2

Le père: ok, je note 9 pages comme objectif pour aujourd'hui. Combien tu peux lire de pages par heure ?

Le fils: tout à l'heure, j'ai lu les 7 pages en une demi-heure

Le père: ok, on va compter que tu lis 15 pages à l'heure, ok ? Aujourd'hui, tu étais énervé, il y avait du bruit autour de toi, est-ce que tu peux faire 15 pages ?

Le fils (carrément coopératif): Ok

Le père: bon demain, tu as une étude, je serai à la maison à ton retour d'école, combien de temps de lecture met-on à l'étude ?

Le fils (pris au jeu): ben, il  y a beaucoup de bavardages en étude, on met 20 minutes

Le père: ce serait bien de faire un peu plus, aller je mets 30 minutes en étude dans la ligne commentaires, et 1 heure de lecture dans mon bureau à ton retour d'école, d'accord ?

Le fils: bon d'accord

Le père: ça fait donc 22 pages pour demain…

Et ainsi de suite, en négociant chaque chiffre et en tachant de mettre davantage de travail au début de la semaine, à l'emploi du temps moins dense, qu'à la fin.

30 minutes après le début de l'exercice, non seulement le programme de travail est écrit sur le PC (c'est encore plus motivant), mais on a envisagé jour après jour, les charges et les conditions de travail pour atteindre l'objectif du 3 mars. Avant de se coucher, il reprend son livre et dépasse de 2 pages l'objectif. On consigne ce résultat ensemble dans le tableau. Et il part se coucher le sourire aux lèvres.

Un peu de méthode et on retrouve le moral, chose qu'on apprend si peu dans notre cursus scolaire…

(article dédié à Thibault et Christian Loridon)

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2005 4 17 /02 /février /2005 00:00

... pour le travail d'équipe, ou même pour le travail à 2.

On passe un temps fou devant son clavier. Mais dès qu'on veut partager, créer, se projeter en avant, faire un plan, construire à 2 ou plus, rien ne vaut les papiers de chevalet (mot emprunté au Québec pour désigner les "paper-board") collés au mur.

En travaillant ces derniers jours avec de jeunes créateurs d'entreprise ou sur le plan d'Innovation Consultants International, cette évidence est revenue au premier plan. Le remue-méninge visuel pour tous, le fait que chacun prenne le crayon, même le mouvement du corps (on est debout) font de l'exercice un véritable travail d'équipe. Et l'outillage reste rudimentaire: du papier, de la gomme collante pour mettre le papier au mur, des marqueurs. Le résultat est très énergétique pour tous !

Le PC sert ensuite d'enregistrement, quand l'exercice au mur a délivré toute sa puissance créative...

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2005 1 24 /01 /janvier /2005 00:00

L’autre jour, je demande à mon expert comptable – le cabinet Olivier Carvin à Marseille (pub :-)) - un dossier avant jeudi soir. « Aucun problème me dit-il ». Le mardi, sa collaboratrice, Marie, me téléphone pour savoir quand est-ce que j’ai l’intention de passer le prendre. Je réponds mercredi ou jeudi.


Mercredi vers 16h, elle m’appelle :

-         comptez-vous passer avant ce soir ? 

-         non plutôt demain matin…

-         en début ou fin de matinée, je ne serai pas disponible avant 10h ? 

-         ça me convient, je passe après 10h.

Et bien la « pro activité » c’est cela, tout cela et rien que cela. En même temps peu et énormément de choses. En m’appelant le mardi, Marie anticipe. J’ai été exigeant sur la date – le dossier avant jeudi soir – mais je suis resté vague quant à l’exécution (je n’ai pas dit quand je passerai). Marie, en m’appelant, clarifie donc et en même temps me rassure. Le dossier, mardi, est déjà prêt. Mercredi, elle anticipe le risque que je vienne jeudi à un moment où elle n’est pas disponible. Elle m’appelle de nouveau pour reclarifier et éviter que le risque ne se transforme en problème – un client qui attend est toujours mécontent, même si son manque d’organisation est la cause de son attente.

J’ai en effet récupéré le dossier jeudi matin. Et le capital confiance avec le cabinet de mon comptable a augmenté. L’impact de l’action proactive sur l’efficacité de travail et sur la confiance entre les différents protagonistes d’un projet est considérable.

 

C’est bien peu de choses, et pourtant c’est énorme...

 

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2005 7 23 /01 /janvier /2005 00:00

Organisation personnelle

Pour être toujours à l'heure ou savoir quel heure il est pour vos interlocuteurs où qu'ils soient dans le monde, rendez-vous sur http://www.worldtimeserver.com/.

 

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2005 1 10 /01 /janvier /2005 00:00

Management

J'entends cela si souvent: "mon chef fait ceci, ne fait pas cela, prend un engagement qu'il ne tient pas, ne me soutient pas, me donne un conseil à coté de la plaque, est absent, n'arbitre pas, me donne des sujets peu intéressants, etc, etc..."

Voilà ce que cela m'inspire: pourquoi ne manage-t-on pas son chef comme on manage son équipe ?

Manager, c'est quoi: faire une analyse stratégique, se donner des objectifs pour développer cette stratégie, rassembler les moyens pour mettre en oeuvre ces objectifs, piloter les actions et mesurer l'avancement avec des tableaux de bord bien foutus (simples et pertinents...). Quand on fait cela avec son équipe, il y a des étapes, des points de validation, des analyses de risques, des points d'avancement, des récompenses et des sanctions...

Et avec son propre chef, ne peut-on fixer des étapes, des points de validation, des analyses de risques, des points d'avancement, des récompenses et des sanctions ? Je m'attends à l'objection: qu'est-ce que tu veux dire par récompenses ou sanctions de mon chef ? Et bien voilà: tant que l'on croit que son chef est un "supérieur", une sorte de "seigneur" dont on est le "vassal", on perpétue une relation dominant-dominé. Hors, votre chef a autant besoin de vous que vous de lui. Si vous ne faites que des âneries dans son service, il est aussi sanctionné puisque vos âneries se retournent contre sa réputation de chef. Si vous êtes super-performant, il récupère une partie de vos étoiles. Un bon chef est toujours entouré de bons collaborateurs (il le dit lui-même), un mauvais est entouré de bras cassés (et il n'arrête pas de le dire, sans se rendre compte qu'il se tire une balle dans le pied).

Bref, je suis convaincu (et c'est un praticien qui parle) qu'il faut avoir le même niveau d'exigence (voir plus d'exigence encore) avec son chef qu'avec son équipe: tenir les horaires de réunion, mettre en place des objectifs raisonnablement ambitieux, échanger sur les bonnes tactiques, clarifier qui prend quelle responsabilité, etc. Bien entendu, tout cela doit se faire avec diplomatie et fermeté, sans jamais brandir de menace (le "si tu ne me donnes pas satisfaction, je démissionne" est un argument catastrophique... on démissionne, on ne menace pas de démissionner). L'argument suprème reste l'intérêt général de l'entreprise pour laquelle vous travaillez.

Je donnerai quelques exemples de ces propos un de ces jours...

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2005 3 05 /01 /janvier /2005 00:00

Organisation personnelle

Que ce soit en français, en anglais ou dans n'importe quelle langue, la recherche sur internet avec un outil comme Google remplace le dictionnaire. Désormais, quand j'ai un doute sur un mot anglais, ou la définition d'un mot français que je n'use pas couramment, je tape ce mot sur Google. Je récupère des quantités d'angles de compréhension de ce mot, et en plus des photos. Il y a même des suggestions d'orthographe !

Super facile et efficace...

Partager cet article

Repost0

Recherche

Bienvenue...

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses