Quel que soit son secteur d’activité, un entrepreneur se doit d’être présent sur Internet. Son nom de domaine et son site seront sa carte de visite sur le Web. Le site devra refléter le meilleur de lui-même et de son activité. En outre, le site aura également pour fonction de faciliter le contact, et la communication avec les clients, fournisseurs et investisseurs. C'est pour cela qu'après des années de blogging informel, j'ai lancé mon autre plateforme je suis manager, qui traite de manière plus professionnelle l'intelligence collective dans le management.

Le site vitrine de l’entrepreneur

Avoir un site est un enjeu stratégique pour l’entrepreneur, quel que soit son secteur d’activité. Car son implantation sur le territoire de l’Internet renforcera son image, sa crédibilité, et lui permettra d’attirer de nouveaux clients. Les sites dédiés aux activités professionnelles, et aux entreprises sont couramment dénommés sites vitrines. Ces sites ont pour fonction de présenter l’entrepreneur, son activité, son savoir-faire, et d’afficher son dynamisme. Le site vitrine permet également aux clients et aux fournisseurs d’entrer en contact avec l’entrepreneur, par le biais d’un formulaire de contact, ce qui offre à l’entrepreneur la possibilité de démontrer son professionnalisme en répondant rapidement, une qualité qui est très recherchée, dans un monde où tout va très vite. Le site vitrine fournit aux visiteurs des réponses à toutes les questions qu’ils peuvent se poser, puisqu’il permet d’afficher en temps réel les informations importantes concernant son activité, ses produits et ses tarifs.

Les caractéristiques d’un site d’entrepreneur

Le site d’un entrepreneur peut s’adresser à une ou plusieurs catégories de personnes. Il est donc important de déterminer à qui s’adressera le contenu du site, avant sa création. Le contenu et les différentes sections offertes varieront selon que le site s’adresse à des clients, des fournisseurs ou des actionnaires. Premier représentant de l’entrepreneur sur Internet, le site doit être optimisé, afin de procurer une navigation fluide, agréable et de faciliter la consultation des différentes informations. Il est important de créer un véritable lien avec les lecteurs. Dans ce sens, le modèle du blog est pertinent puisqu'il pousse l'entrepreneur à dévoiler sa vision, et à créer un riche échange avec ses lecteurs. Bien conçu un site Web rapportera facilement des clients et de l’argent à un entrepreneur, en contrepartie d’un investissement relativement faible.

L’accès à une clientèle mondiale

Un des très grands avantages qu’apporte une présence sur le Web est l’accès à une audience mondiale. Quelle que soit son activité, dès que l’entrepreneur s’installe sur le Web il étend son audience au niveau mondial. Selon ses ambitions et ses objectifs, il lui sera possible d’optimiser son site afin de se focaliser sur une audience locale ou régionale. On arrive ainsi au point le plus important concernant la création d’un site Web. Un site ne sera pas visible tant qu’il n’aura pas été répertorié par les moteurs de recherche. Il est donc nécessaire de faire usage de techniques variées, que l’on dénomme généralement optimisations pour les moteurs de recherche. Afin d’être bien vu et d’être bien positionné dans les pages de résultats des moteurs de recherche, il est important d’optimiser le contenu du site, en plaçant notamment les mots les plus utilisés dans le secteur d’activité visé, dans certains textes du site. Il existe une multitude d’options d’optimisations, ainsi en influant sur certaines variables du site, et en incluant certaines informations dans les textes du site, il est possible d’informer les moteurs de recherche, que l’on désire apparaître sur les pages de résultats locales, plutôt que sur les pages nationales ou mondiales. En agissant ainsi, on permet aux sites d’avoir un meilleur positionnement dans les pages de résultats locales.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

 

Je lance une série de vidéo sur le thème "le temps est mon choix". J'ai beaucoup de choses à partager sur le sujet. En effet, j'ai souvent pensé avoir un cerveau logique et séquentiel. Mes lectures et expériences récentes - j'en parlerai un de ces jours - me font penser que finalement, mon processeur interne est plutôt global et intuitif.

Le bon lait de la logique et de l'approche séquentielle demeure le trait majeur de notre modèle éducatif. J'ai d'ailleurs mon diplôme d'ingénieur en poche alors que je suis maintenant convaincu que ma construction mentale me porte à l'approche intuitive et globale. J'ai donc tendance à compenser, à sur développer des habiletés originellement peu naturelles. C'est sans doute pour cette raison que j'ai beaucoup travaillé l'optimisation du temps jusqu'à affirmer que "le temps est un choix, le temps est mon choix". Je me suis inspiré de nombreuses sources sur le sujet, vécu de multiples situations professionnelles et personnelles en observateur, puis distillé des formations avec d'excellents retours des participants.

Comme souvent exprimé dans mes articles, ce qui est facile pour moi est devenu une grande compétence. Ce qu'on appelle la gestion du temps, l'optimisation du temps, est une seconde nature. Je partage donc une série de vidéos sur le sujet. Substituer "je n'ai pas le temps" par "je ne prends pas le temps" est l'un des enjeux de la série.

Pour suivre les vidéos, cliquez sur la photo ci-dessous :Le-temps-est-mon-choix--video-1.jpg

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Elle a pris une part prépondérante de notre environnement. Yoda, maitre Jedi de la guerre des étoiles (film très symbolique) dirait : intrusifs, invasifs, mes mails sont !

 

trop de mails Le diagnostic est là. Nous recevons trop de courriels (mot que je préfère à l'utilisation de l'anglais mail). Quand le diagnostic est fait, que le symptôme est circonscrit, reste à trouver la cause. Traiter la cause profonde demeure toujours plus efficace que couvrir le symptôme d'une crême adoucissante.

 

Quel est votre analyse ? Selon vous quelle est la cause principale d'envahissement de votre messagerie électronique ? Pourquoi fondamentalement recevez vous tant/trop de courriels ?

 

Partagez votre analyse dans les commentaires...


Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires

Etes vous à l'heure à vos rendez-vous ?

Comment se fait-il que certains sont toujours à l'heure et d'autres pas ? Affaire de relation au temps, affaire de psychologie, histoire de vie et aussi affaire de pratiques quotidiennes plus ou moins efficaces.

Je vous livre ici une piste parmi beaucoup d'autres...

 

 

 

Lire la suite de l'article en cliquant ici


Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Parfois il m'arrive - que ceux qui me comprennent lèvent le doigt - qu'en dépit d'une très bonne organisation de mon temps, la coupe déborde. Rhaaaaa, il y en a trop, je ne sais plus quelles sont mes priorités ! Parmi les symptômes de cet état...

  • le bureau commence à ressembler à un capharnaüm
  • les cervicales sont douloureuses
  • la boite mail a du retard
  • les actions sont désordonnées
  • ...

Dans ces situations, pour reprendre le contrôle et gagner du temps, je fais appel à une indien ruse d'Apache : je me lève, tel un indien cernant une caravane, je fais 3 fois le tour de mon bureau en déclamant des incantations magiques du genre "tu ne m'auras pas, c'est moi qui commande" !

 

Une fois la prise de conscience éveillée, l'Apache se rappelle que la meilleure astuce pour gagner du temps...

 


Lire la suite...


Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Dans notre modèle de management français, il parait naturel au manager de présenter régulièrement la facture de reproches à ses collaborateurs. Peut-être hérité du modèle éducatif qui mesure, donne des notes, souligne en rouge les erreurs pour les stygmatiser (au lieu d'en tirer les fruits en matière d'apprentissage), ce modèle détruit en masse la motivation et l'innovation.

 

Pour reconstituer les dégâts d'un reproche, il faut au moins 5 compliments. S'agit-il de flatterie ? Le voir ainsi serait oublier que l'immense majorité des êtres humains font chaque jour de leur mieux pour paraître efficace, intelligent, contributeur, utile, original, créatif, en bref pour être reconnu. Dans la communauté, il existe des exceptions qui cherchent plus à détruire qu'à construire. On parle davantage d'eux selon le bon principe journalistique qui souligne que les mauvaises nouvelles font de meilleures ventes que les bonnes.

 

Certaines personnes vous ont fait des reproches, vous êtes humains. Même si vous pratiquez assidûment les 4 accords toltèques, il demeure possible que ces reproches restent bien gravés, voire re servent régulièrement leur venin dans votre tête. Car un reproche personnel est un venin. Souvent, le reproche n'est pas distancié de la personne qui du coup "en fait une affaire personnelle". Idéalement, il convient de signaler une erreur en restant concentré sur le fait. On s'exprimera ainsi : "le résultat est décevant", plutôt que : "tu t'es encore planté". Le "tu" prend un sens accusateur, dévastateur.

 

Le compliment est le carburant de la bonne santé intérieure. Oublier d'en distiller à ses proches, à ses collaborateurs, et la confiance s'étiole, la motivation s'envole, la relation se distend. Tant de gestes naturels et généreux, tant de menues actions méritent reconnaissance. Stephen Covey parlait d'emotional bank account : mon compte émotionnel avec quelqu'un se recharge quand je reçois un compliment, le reproche constituant l'équivalent d'un retrait. Les retraits laissent toujours une empreinte plus profonde, certains retraits créent même la rupture, définitive, y compris de relations inscrites dans la durée. Dégats

 

Alors faites 5 compliments pour 1 reproche, essayez !

NB : le conseil vaut aussi très largement pour la vie familiale...


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Vous pouvez écouter cet article en podcast (c'est mon premier ) :

laurent dans la campagne

 

 

Avant de parler de soucis de management, moquons-nous de nous-même...

 

Un jour, ma compagne a changé la poubelle de place dans la cuisine. Décidément, il va falloir que je me fasse psychanalyser sur les rôles des poubelles dans ma vie . Pendant environ 3 mois, j'ai consciencieusement ouvert l'ancien placard, avant de finalement intégrer le nouvel emplacement pour les déchets de table ! Au moins 3 mois pour changer une habitude aussi simple, imaginez ce que cela peut donner dans nos pratiques

professionnelles….

 


Pour lire la suite cliquez ici


Un certain nombre d'articles de ce blog migrent vers le site http://je-suis-manager.com/ qui a pour vocation de professionnaliser et moderniser la proposition. Merci de votre compréhension.

 


Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

 

Allez lire la suite ici...

Qu'en pensez-vous ?


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Il a quelque temps, je reçois un message en provenance de mon blog qui commence ainsi :

 

"Bonjour
j'ai retrouvé votre blog par hasard et j'en profite pour vous remercier car je crois que c'est votre blog qui m'a convaincu la première fois de faire ce que je fais depuis 3 ans maintenant, c'est à dire réaliser mes rêves."

 

Quelques jours plus tard, nous buvons un verre ensemble, je vous laisse découvrir notre entretien...

 

 

Faites un petit tour sur le le site de Patrick à propos de son tour du monde...

 

De cette conversation, j'ai retenu quelques ingrédients :

  1. quand l'opportunité se présente, il faut la saisir, ce qu'a fait Patrick lorsqu'il a été licencié...
  2. identifier les gros cailloux de sa vie est prioritaire, cela peut être professionnel - d'ailleurs Patrick a créé sa propre société - et bien sur aussi personnel, familial - il a fait son tour du monde avant de se lancer un nouveau défi d'affaires...
  3. l'argent n'est souvent pas l'obstacle principal, contrairement à ce que l'on se raconte - partir faire un tour du monde à 4 personnes pendant un an pour a mobilisé un budget limité...
  4. le plus difficile et le plus facile aussi (l'espace d'un instant), c'est la prise de décision.

Relisez le cercle de confort et choisissez...



Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Carnaval Je lance un carnaval d'articles... de quoi s'agit-il ? On peut qualifier l'exercice de co-publication. Je souhaite proposer à mes lecteurs de parcourir les propositions de lecture de plusieurs blogueurs, ou de personnes souhaitant publier sur mon blog.

 

Le sujet que je lance, c'est : "3 idées catastrophiques, 3 idées géniales pour devenir le pire ou le meilleur des managers".

Jusqu'au 31 mars, je vous propose d'écrire sur votre blog un article développant votre vision du sujet. Vous pouvez aussi m'envoyer  par courriel une chronique que je publierai en votre nom sur mon blog. Quelques instructions de publication :

  • vous pouvez écrire en français ou en anglais
  • le sujet doit être traité avec astuce et tact, humour et originalité
  • vérifiez bien l'orthographe et le juste usage de la langue (Molière ou Shakespeare)
  • merci d'intégrer un paragraphe à la fin de votre article pour permettre aux lecteurs de voter pour lui (voir ci-dessous),
  • si vous souhaitez que je publie sur mon blog, une fois l’article écrit, envoyez le moi par courriel à conseil@laurentderauglaudre.com
  • si vous publiez sur votre blog, envoyez moi un courriel avec l'adresse de votre article à conseil@laurentderauglaudre.com

Pour que chacun profite de cet échange d'idées, merci d'inclure ce paragraphe à la fin de votre article :

Cet article s'inscrit dans le carnaval "3 idées catastrophiques, 3 idées géniales pour devenir le pire ou le meilleur des managers". Ce carnaval est une initiative du blog Je suis manager - Devenez le manager que vous rêvez d'avoir.

 

Mon propre article et ceux des participants à ce carnaval sont accessibles à cette adresse : http://je-suis-manager.com/strategie-de-management/3-idees-catastrophiques-3-idees-geniales-pour-devenir-le-pire-ou-le-meilleur-des-managers/.

 

Cliquez sur les liens (Google +, Tweeter, LinkedIn, Facebook) sous l'article pour signaler que vous appréciez l'initiative.

Si vous préférez donner tout de suite votre avis, les commentaires attendent goulûment vos propositions...


Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

J'ai voulu laisser un commentaire sur cet article qui évoque comment démotiver ses collaborateurs en 4 bévues simples. L'outil commentaire n'a pas l'air de marcher sur ce site, tant pis, je donne mon avis ici...

 

Une autre bévue terrible, extrêmement courante, non développée dans l'article de Manageris, consiste à s'approprier le travail de son collaborateur.je signe son travail

Combien de fois un manager met-il son étiquette personnelle sur la production d'une personne de son équipe, avant que celui-ci ne décide de "virer son chef".

Manquant de confiance ou fort d'une éthique douteuse, beaucoup de managers oublient que le vol ne sert pas leur propre intérêt. Voilà ce qui arrive à un collaborateur dépossédé de ses propositions :

  • il devient démotivé ==> "mon chef me pique mes idées, je ne lui en donne plus !"
  • il bascule dans le sabotage ==> "mon boss s'est encore approprié mon job, je vais savonner sa planche par derrière !"
  • il prend la poudre d'escampette ==> "jamais je ne pourrai progresser, je vire mon chef !"


Pour la manager éclairé, ne vaut-il mieux pas féliciter et promouvoir le bon travail de son équipier ? L'impact positif est double pour lui-même :
 

1) son équipier est motivé,
2) son entourage pense qu'il est bon manager puisqu'il a une bonne équipe...

Bien entendu, il ne vous est jamais arrivé de vous faire piquer vos dossiers par votre chef. Si, si ! Alors, racontez dans les commentaires.


Rendre à César ce qui appartient à César...


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

 

Extrait d'un échange récent avec une chef de projet découragée :

- Laurent : si je comprends bien, ton métier n'est pas reconnu par ton manager qui, non seulement ne t'aide pas, mais s'approprie ton travail à son seul profit !

- La chef de projet découragée : oui, en plus je suis étonnée que xxx, directeur du département yyy ne sache même pas que c'est moi qui pilote ce projet...

- Laurent : vois-tu des possibilités d'évolution dans l'environnement de ton département ?

- La chef de projet découragée : non !

- Laurent : ton chef t'encouragerait-il à progresser vers d'autres métiers, y compris hors de son périmêtre ?

- La chef de projet découragée : alors là surement pas !

- Laurent : pourquoi restes tu dans cet univers de contraintes ?

- La chef de projet découragée : je ne sais pas...

- Laurent : as-tu un problème d'argent ?

- La chef de projet découragée : non, ce n'est pas le problème

- Laurent : alors, pourquoi n'envisages-tu pas de virer ton chef ?

- La chef de projet découragée : tu as raison, c'est sans doute la solution...


virer son chef

Virer son chef, vous l'avez compris, cette formule inverse le processus habituel. Virer son chef signifie reprendre son destin en main. Combien de temps accepte-t-on de rester sous l'emprise d'un manager incompétent, autoritaire ou manipulateur ? Combien de tourments accepte-t-on ? Combien de bonnes excuses trouve-t-on pour ne pas reprendre son chemin de vie ? L'argent vient très souvent en première position de ces excuses. C'est tout à fait compréhensible et pourtant... la vie passe, l'épreuve devient plus douloureuse chaque jour. No future !

Virer son chef, c'est bien beau mais comment faire ? Il s'agit bien sur de réfléchir en stratège de sa vie professionnelle, et d'agir avec tactique. On ne part pas dans une nouvelle aventure sans se préparer. Virer son chef présente des risques non négligeables, il est important de se préparer au prix à payer. Voilà ce que je vous suggère :

1 - Recensez votre vrai potentiel professionnel. Vous pouvez vous inspirer de Faire votre vrai cv, c'est facile pour vous. Votre capital confiance pour vous lancer dans l'opération de licenciement de votre chef.

2 - Prévenez et demandez le soutien de vos alliés. Si vous avez un coach, un conjoint attentif, un psy, un ami fidèle, tout conseiller dont vous appréciez le support et l'authentique lucidité, demandez lui une aide particulière pour cette  période difficile que vous avez décidé de traverser.

3 - Faites une enquête interne sur vos possibilités de rebond. Dans toute entreprise, il existe des possibilités d'évolution, parfois totalement improbables. Pour les identifier, interrogez les collègues et managers de manière ouverte : "comment évolue votre service en ce moment ?" Des pistes peuvent se présenter.

4 - Faites une enquête externe sur vos possibilités de rebond. Bien sur, il faut actualiser votre cv, regarder les annonces, renouer avec vos amitiés professionnelles et mener votre même enquête vis-à-vis de l'extérieur. On reste discret dans l'enquête, on ouvre les yeux par la fenêtre.

5 - Lancez l'opération sans naïeveté, avec tactique. Prêt et fermement décidé, vous avez 2 grandes pistes possibles :

  • emprunter la tactique définitive en prenant rendez-vous avec votre chef pour lui signifier son congé ==> on n'utilise cette tactique seulement si on a déjà signé pour un rebond identifié (autre job en interne ou en externe. C'est une étape glorieuse qui marque. Free I am...
  • emprunter la tactique des petits pas ==> on n'utilise cette tactique si on veut pousser le manager malveillant à faire la faute le premier.
  •  
    • La tactique des petits pas consiste à apprendre à dire régulièrement, tout un tas de non positifs. A chacun sa formule, j'aime bien : "Chef, je ne suis pas d'accord avec cette décision/appréciation/orientation/arbitrage/position/ordre... Je ne la/le comprends pas, je ne peux donc pas l'exécuter. Voilà ma proposition : blablabla".
      Bref, on refuse d'exécuter l'arbitraire, le non-sens, l'inutile, l'injuste, le futile, le projet sans moyen adéquat, etc...

Si les 2 tactiques demandent courage, elles ouvrent aussi le champ à une nouvelle aventure professionnelle, peut-être même une nouvelle aventure de vie. Le manager finit par s'agacer de la tactique des petits pas et profitera de la première occasion pour accepter votre mutation - voire l'encourager. Comme vous l'avez anticipée (étapes 3 et 4), cette évolution professionnelle résoudra l'équation !

 


On peut penser que c'est impossible : si beaucoup comprennent le "pourquoi virer son chef", peu de gens se posent la question "comment virer son chef". En effet, toutes les peurs se réveillent :

- je risque de ne pas trouver de boulot...

- quelles sont mes réelles compétences ?

- quels changements cela va-t-il provoquer dans ma vie ?

Ces peurs sont réelles et partiellement infondées. Les compétences ne s'évaporent pas, le boulot existe, sous de multiples formes. Dans toute réorientation, il y a un prix à payer. Le prix à payer d'une vie choisie peut être élevé. Cependant, quel est le prix à payer d'une vie de contraintes, de frustrations, de dévalorisations de menus étouffements quotidiens ?

 

Virer son chef demande une certaine dose de courage. La conséquence n'est-elle pas une bonne rasade de fierté assortie d'un profond sentiment de liberté retrouvée.

Qu'en pensez vous ? Préférez-vous la contrainte subie ou la liberté risquée ?

Point de jugement de valeur... juste une prise de conscience à partager.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Quand j'ai cherché un expert comptable, j'ai croisé la route d'Olivier Carvin. Son cabinet est devenu mon partenaire depuis le début des années 2000. En parallèle, Olivier a créé Maranatha. Cette société connaît depuis son origine un essor extraordinaire, jugez plutôt :

  • une vingtaine d'hôtels (Paris, Provence...) de grande qualité
  • plus de 300 salariésVieux Port de Marseille
  • 13M€ de chiffre d'affaires pour 400K€ de résultats en 2012.

Au Vieux Port de Marseille, Olivier a gentiment accepté de répondre à quelques questions sur le management (NB : le son de la vidéo est moyen , soyez indulgent... c'est le premier interview que je propose sur le management, la technique va s'améliorer ).

 

Cliquez ici pour lire la suite...



Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

18h30 à la pendule, vous décidez de quitter le bureau... Un collègue lance à la volée "tu prends ton après-midi ?"

10h du matin, vous arrivez au travail... L'oeil suspect de votre patron, qui a stratégiquement placé son bureau pour surveiller le hall d'accueil, plane sur votre pas gauche et déterminé (NB : nulle part est écrit sur votre veste que vous êtes rentré de déplacement la veille à 23h30).

19h, vous croisez la femme de votre DRH au supermarché du coin. Quelque jours plus tard, une réflexion fuse dans un couloir : "tu fais tes courses super tôt dis-donc ?"

Si vous n'avez jamais vécu ces expériences, je peux témoigner que je connais au moins 1 être humain qui en a ressenti la puissance dévastatrice. Ni au 19ème siècle, ni dans une entreprise poussiéreuse : dans une bonne start-up, où les heures hebdomadaires d'un cadre dépassent de très loin les normes légales.

La nouvelle du jour, vous ne le saviez pas, je parle chien. De mon bureau, j'entends Cupidon me dire : "ouarf, ouarf, ouarf, ouarf". Je vous traduis car je crains que certains d'entre vous ne perçoivent pas toute la subtilité du propos canin : "hey, Laurent, je m'ennuie, si on allait faire une petite balade..."

Je prends sa laisse, nous voilà partis. Pendant qu'il trotte alentours, c'est cette idée de ce post me trotte dans la tête... regardons ce que la colline inspire...

 

Bien compris... choisissez la valeur ajoutée plutôt que la culpabilité.

Que signifie la valeur ajoutée ? Exprimez votre sentiment dans les commentaires.

Mon avis ? Très simple : ce que je fais va-t-il apporter une valeur à mon entreprise. Nous connaissons tous les dérivatifs qui nous permettent de nous justifier : on remplit le temps de futilités (relire la parabole des cailloux), occupé, les yeux froncés à la tache. Produisons nous de la grande valeur ? Insuffisamment comparé au temps passé. La valeur ajoutée, n'est-ce pas :

  • l'idée lumineuse qui va permettre de trouver un nouveau débouché commercial
  • l'inspiration magique qui résout le bogue jusqu'alors insoluble
  • le schéma clarifiée de l'organisation à mettre en place
  • l'argument décisif pour réussir la conclusion du contrat
  • les 3 options à proposer à mon manager pour son sage arbitrage
  • la synthèse précise qui présente les têtes de chapitre des pistes à explorer
  • etc...

Pendant ma promenade - 30 ou 50 minutes je ne saurai dire - j'ai noté au moins 10 idées d'actions à réaliser, d'articles à publier, et j'ai filmé le clin d'oeil que vous venez de regarder. Eu égard à mon métier de conseil, dont la valeur n'est proportionnelle qu'à la pertinence et l'affûtage des propositions conceptuelles, cette déambulation vient d'enrichir mon entreprise.

Cependant, il m'a fallu des années pour me débarrasser du sentiment de culpabilité bien ancré, quand le doigt de big brother du salariat pointait sur l'horaire obligatoire de présence.

Si la créativité, l'audace, la pertinence, les idées, la capacité à négocier, à proposer, à organiser, à optimiser, sont prépondérants dans votre métier, point de culpabilité sur l'horaire et recentrage sur la valeur ajoutée à l'entreprise.

Partagez vos expériences à ce sujet dans les commentaires !

Les expériences partagées permettent à tout le monde de progresser...


Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

 

Vous arrive-t-il de voir sombrer un de vos équipiers ? Existe-t-il des indicateurs que le manager peut détecter et que faire pour aider ce collaborateur en difficulté ? en difficulté  

Quelques indicateurs patents indiquent qu'un collaborateur est en difficulté :

  • soudainement, il arrive en retard alors qu'il est ponctuel de nature
  • habitué aux propositions, on n'entend plus sa créativité
  • ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour lire la suite cliquez ici


Un certain nombre d'articles de ce blog migrent vers le site http://je-suis-manager.com/ qui a pour vocation de professionnaliser et moderniser la proposition. Merci de votre compréhension.

 


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Cadeau de bienvenue

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement :

7 clés pour devenir un super manager




Vos adresse mail reste confidentielle. Je ne la donne pas, je ne la vends pas.
J'envoie un à deux courriels par mois aux personnes inscrites.

Bienvenue

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

  Ebuzzing - Top des blogs - Entrepreneurs  

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses

Recherche

Articles aléatoires

  • A propos de discernement...
    Samedi en compagnie d'une bande de jeunes (ils avaient entre 60 et 90 ans), lundi matin d'une autre bande (ils avaient entre 9 et 11 ans), je sors de 2 exercices de style pleins de richesse.Risques ou opportunités des nouvelles technologies... le débat a été passionnant avec les membres de l'association Poursuivre. La fameuse Gaussienne était parmi nous...Nous avions donc une répartition des avis : des précurseurs aux conservateurs en passant par une majorité ouverte à "élever son niveau". Débat très sympa que j'ai souhaité animer en balayant tout un tas d'usages nouveaux des Nouvelles Technologies de la Relation (sic). On a ainsi parlé de blogs, de wikis, de téléphonie sur IP, de voyage autour de la terre, de gratuité de services, de généalogie, de livres, de chat, de SMS, d'encyclopédie, de courriel, de portail, de forum, de...
  • Entretien annuel d'évaluation en 2 temps...
    L'heure est aux entretiens annuels d'évaluation... Beaucoup d'entreprises vont engager ce processus, beaucoup de managers vont malheureusement s'y engager à reculons. On n'aime pas évaluer (certains disent "juger") les autres. Pas étonnant d'ailleurs, on ne forme jamais les étudiants et écoliers à l'évaluation du travail des autres. Pour l'entretien annuel d'évaluation, ma recommandation -basée sur une pratique réussie- est de faire l'exercice en 2 temps (et 3 mouvements) : Temps 1 - on évalue les performances de l'équipe "down-up" En tant que manager, je fixe les dates d'entretiens d'évaluation de mon équipe avant de fixer la date avec mon propre chef. En effet, comment expliquer les performances de mon équipe à mon propre management si je n'ai pas d'abord évalué mon équipe ? En fixant les dates d'entretien avec mon équipe, je demande à chacun de préparer 3 choses :     1 - sa propre auto-évaluation,...
  • Fourmi, frelon, coccinelle, araignée, cigale, cafard, hibou...
    Il  était une fois, une Fourmi heureuse et productive qui tous les jours arrivait de  bonne heure à son travail. Elle passait toute sa journée à travailler dans la joie  et la bonne humeur, poussant même la chansonnette. Elle était heureuse de  travailler et son rendement était excellent mais, malheur !, elle n'était pas  pilotée par un manager...Le Frelon, PDG de l'entreprise, considérant  qu'il  n'était pas possible que la situation puisse perdurer, créa un   poste de manager pour lequel il recruta une Coccinelle avec beaucoup  d'expérience.    La première préoccupation de la Coccinelle fut d'organiser  les horaires d'entrée et de sortie de la fourmi. Elle créa également un   système de compte-rendu et de fiches navettes. Très vite, il fallut engager  une secrétaire pour l'aider à préparer les dossiers et le reporting, si bien  qu'elle recruta une Araignée qui mis sur pied un système de classement...
  • Il faut lire "l'entreprise contre la pauvreté"
    Je l'ai évoqué récemment. Je vous conseille vivement de vous procurer l'entreprise contre la pauvreté de Jacques Baratier.A 84 ans, dont 40 à diriger des entreprises et 20 à inventer un concept qui permet un enracinement fort du développement par la création d'entreprises et la montée en puissance de nouveaux entrepreneurs au Sud, Jacques Baratier fait une démonstration éclatante, tout en appuyant sa critique acerbe du "tout libéral". Son parcours le met à l'abri des affirmations simplistes. Et la force de son discours (je l'ai vue sur scène, quelle puissance de feu) tient à des convictions trempées dans l'expérience et la réussite. A trop imaginer qu'en accumulant la richesse, nous serons plus heureux, nous transformons la grande majorité de nos compagnons de route sur cette petite planête en futurs révoltés - pour ...
  • Proactif avec ses réseaux professionnels...
    Vous n'êtes pas encore connecté à Viaduc ou à LinkedIn. Shame on you :-) Désormais, l'employabilité se gère pendant toute sa carrière et pas seulement dans son entreprise. Des outils comme Viaduc -réseau très français- ou LinkedIn -nettement plus international- sont des toiles de réseau d'affaires en train de se densifier à toute vitesse. Dèjà des millions d'inscrits. Ces réseaux sont des moyens solides de rester en contact et de développer son carnet d'adresse indépendamment des évolutions professionnelles, des changements de régions, des licenciements, des réorganisations, etc... Ils servent aussi pour retrouver des amis perdus, rechercher des nouvelles affaires, faciliter des rapprochements. Bref, il faut y être. Et pour rester employable, il est primordial de continuer à faire son marketing personnel, et donc...
  • Cailloux blancs, hasard, signes, coup de bol, Bazile Telecom, Slideo...
    Ma maman (4 fois 20 ans demain...) parle de ces "cailloux blancs" qu'on voit sur notre route... d'autres parlent de hasard, de signes, de coup de bol, and so on...Ce matin, je reçois un message d'un lecteur "régulier" de mon blog (je suis flatté) qui me parle et m'invite à visiter son projet de "1er service de partage en ligne de slideshows (PowerPoint, OpenOffice, PDF) et de vidéos entièrement dédié au monde professionnel : www.slideo.com" (SIC). Ca m'intéresse, je visite le site. Je choisis au hasard une présentation pour voir la qualité, rapidité, convivialité de l'outil. Et je tombe sur la présentation de Bazile Telecom. Je parcours avec intérêt le contenu de ce diaporama car il me rappelle étrangement quelque chose : je m'aperçois qu'il s'agit du projet dont l'un de mes clients est co-fondateur. Il m'en a parlé il y a...
  • L'iphone d'Apple, il manque un morceau de pomme...
    Il est de notoriété publique que je suis fan des produits Apple... Mais, ainsi que je le disais à l'un de mes clients récemment, il vaut mieux avoir des amis qui nous disent la vérité. Ceux qui ne nous la disent pas sont des flatteurs, et les flatteurs, ça finit par coûter cher... Lassé des problèmes de synchronisation entre mon téléphone pocket PC avec mon Mac, j'utilise donc depuis quelques jours l'iphone d'Apple. Comme d'habitude, sur le plan ergonomique et pour ce qui est de la finition, le produit est remarquable. De nombreuses fonctionalités et l'accès à internet, tout cela fort adroitement commenté et "publicisé", apparaissent comme différentiateurs et convaincaints. J'ai un peu de mal à me passer du stylet (la reconnaissance d'écriture ne fait pas partie des choix retenus), et j'apprends à écrire avec une puis deux mains sur un écran tactile redoutablement sensible. Il me faut cependant relever plusieurs hics, qui seront j'espère corrigés dans les temps...
  • Les déplacements sont dans mon agenda...
    L'autre jour j'échangeais avec un client sur sa propension à être systématiquement en retard à ses rendez-vous. Il me signifia tout de même sa bonne pratique qui consiste à appeler son client ou son partenaire pour signaler ce 1/4 d'heure devenu quasi incompressible. Bien entendu, les déplacements ne sont pas indiqués dans son agenda.Or à quoi sert un agenda ? Certes, à reprendre l'ensemble des rendez-vous avec les autres. Mais est-il encore utile de rappeler que l'agenda est un carnet de commande de temps. Et dans ce carnet de commande, il est nécessaire de noter toutes les commandes. Un déplacement de 30 minutes pour aller du bureau chez son client doit être indiqué en clair. Cela a plusieurs effets : d'abord, le conditionnement psychologique du prochain rendez-vous n'est pas calé sur l'horaire du rendez-vous client, mais bien sur l'heure de départ. Ensuite, si je...
  • Un point bleu dans les ondes...
    Maintenant disponible chez Amazon, un point bleu dans les ondes est le premier roman de mon frère Nicolas. Je vous encourage vivement à commander ce roman de science-fiction, tout à fait original dans son scénario et sa construction. Pensez donc : au 23ème siècle, un homme de la planête Mars qui ne connaît pas la Terre, convainc les autorités de l'autoriser à faire le voyage à l'envers... Aventures, philosophie, amours, religions, pouvoir, sciences... et pour ceux qui connaissent Nicolas, un brin d'autobiographie...
  • 7 bonnes pratiques pour préparer et conduire les entretiens annuels d'évaluation...
    Le temps a passé depuis que j'ai publié le sondage ci-dessous sur la perception que les collaborateurs ont de l'entretien annuel d'évaluation. Je pense qu'il est intéressant que vous jetiez un coup d'oeil aux résultats. Bien sur, quelques centaines de votes ne signifient pas une vérité. Les tendances donnent cependant à réfléchir. Globalement, il me semble que l'effort consacré par les managers à l'exercice d'entretien annuel d'évaluation est perçu par les collaborateurs comme "insuffisant". Que penser autrement de la belle note sur "pour mon manager, les entretiens de fins d'année sont accessoires" ! Entre jugement et évaluation, le coeur balance, pourtant qui peut se permettre de juger.  Que penser de la perception du temps de préparation des entretiens ? Pour la plupart des sondés, ils imaginent moins de 30 minutes de préparation d'un rendez-vous qui adresse les taches de toute une année ! Ensuite, on consacre 1 heure à l'échange lui-même...
Liste complète
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés