Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 16:44

Après la spectaculaire vision du monde par satellite de google earth, je ne résiste pas à vous pousser à essayez la carte routière du monde publiée par google : http://maps.google.fr/

Etonnant non ?

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager ses outils
commenter cet article
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 12:05

LE MONDE ECONOMIE | 24.04.06 | 17h39  •  Mis à jour le 24.04.06 | 17h39

Universités d'entreprise, "assessment centers" et MBA de prestigieuses business schools sont de coûteux joujoux que seuls des grands groupes sont en mesure de mettre à la disposition de leurs "hauts potentiels" pour les préparer à la relève. Les PME ne peuvent guère s'offrir ces outils, alors qu'elles ont les mêmes besoins, d'autant plus difficiles à combler qu'elles ne disposent pas d'un vivier aussi important que les plus grandes, et qu'elles ne peuvent pas non plus se tourner vers le marché des jeunes diplômés issus des grandes écoles, "terreau" de dirigeants.

C'est pourquoi quelques patrons de PME ont créé en 1998 une association, Germe (www.germe.com), pour "groupes d'entraînement et de réflexion sur le management des entreprises", qui propose à ses adhérents (au nombre de 600 aujourd'hui), tous dirigeants d'entreprise, de se réunir huit journées par an en petit comité local (40 groupes fonctionnent à l'heure actuelle en France et en Belgique), encadré par 150 intervenants professionnels - consultants et experts ayant une pratique d'entreprise.

Le programme de ces réunions est fixé par le groupe : il s'agit de s'entraider et d'échanger des expériences et des pratiques dans tous les domaines de compétences que nécessite la direction d'entreprise.

Au hasard des thèmes choisis par les groupes en 2004 : la délégation, l'évaluation des compétences, la gestion du changement, la négociation, le harcèlement, l'intégration des générations, la gestion du stress, etc. "Nos adhérents participent aux réunions pendant trois ans en moyenne", constate Jean-Luc Guillou, délégué général de Germe, pour qui le rythme de huit journées par an ne saurait, de l'opinion des adhérents eux-mêmes, être dépassé, faute de disponibilité...

Antoine Reverchon
Article paru dans l'édition du 25.04.06


J'interviens pour les clubs Germe depuis maintenant plus de 2 ans... de La Rochelle à Liège, de Lille à Marseille de Rennes à Belfort, de Nancy à Besançon ou Rouen.
Les participants viennent d'entreprises différentes, ne sont pas concurrents et choisissent les problématiques qu'ils souhaitent approfondir avec le groupe, animé  par un consultant extérieur. Cela me parait de très bonnes bases de travail pour optimiser l'apprentissage.

Pour l'intervenant, c'est un job de globe trotter, à chaque fois un défi. En une journée, il faut créer un module dynamique qui laissera une trace pour les participants : pas de recettes toutes faites mais les engager dans une réflexion sur leur style et mode de management. C'est un défi car les participants sont des inconnus le matin, et les attentes et les maturités des groupes varient d'une région à l'autre. C'est un gros travail de préparation et un laboratoire d'expériences et de mise en situation. Je suis intervenu sur les thèmes du management de projet, de la gestion du temps, de la maitrise des flux d'information grace à une utilisation efficace et originale des nouvelles technologies. A chaque fois, une journée dense, des débats solides, de l'enrichissement multi-directionnel.

A mon avis, c'est un excellent moyen pour les participants de développer leurs compétences de management pour un rapport qualité/prix tout à fait optimum.

Alors pourquoi ne tenteriez-vous pas l'expérience ?
Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager son équipe
commenter cet article
12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 15:23

Je viens d'entendre à la radio que 95% des régimes amaigrissants s'avèrent inefficaces ! En fait, même si les effets à court terme sont tangibles, un an plus tard, le surpoids est revenu. Pire : plus on fait de régime, plus l'efficacité baisse. Il s'agit du résultat d'études scientifiques !

En matière de management, cela m'inspire une analogie...

Dans les entreprises, on cherche avec assiduité à introduire de nouveaux outils, des méthodes révolutionnaires, des logiciels qui vont tout changer. On passe d'une mode à une autre. Les utilisateurs, peu à peu, se font une raison. Ils adoptent le système en attendant, goguenards, son obsolescence.

Je reste convaincu que les méthodes les plus simples et de bon sens sont les plus efficaces. Par exemple, mon constat est que dans la plupart des entreprises, les plans ne sont pas conçus en équipe. C'est la première étape à conquérir : bâtir des référentiels de travail et des engagements ensemble.

L'étape subtile des outils élaborés vient éventuellement ensuite. Mais je préfère une réponse de mon équipier qui me dit avec conviction les yeux dans les yeux : "oui Laurent, j'aurai fini cette tache ou ce projet tel jour, c'est mon engagement et j'ai confiance...", que regarder ce que m'annonce un joli rapport "théorique"...

Si, en dehors des véritables pathologies, garder un poids raisonnable est plus affaire de mesure et d'équilibre alimentaire que de solutions magiques, je pense qu'il en est de même pour ce qui est des pratiques de management : bon sens et véritable travail d'équipe demeurent les atouts redoutables de l'efficacité...

Allez, je vais manger une tablette de chocolat :-)

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager son équipe
commenter cet article
11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 16:54
Déjà un moment que j'y pensais... quitter Wanadoo comme serveur de messagerie. Ca y est ! En 2 semaines, je viens de vivre 2 nouvelles impasses : mes messages ne partent plus avec Wanadoo. Pourquoi ? Mystère. Je n'ai rien changé de ma configuration, je reçois les messages, mais ne peut plus répondre.

Muet pendant près de 48h la semaine dernière, je me retrouve de nouveau face au même problème depuis ce matin. Je ne trouve aucune explication sur le site de Wanadoo. La recherche du numéro du service technique est un casse-tête. Il est introuvable sur le site Wanadoo, et en fouillant sur le net, j'ai constaté que les internautes parlent de 20 à 40 minutes d'attente + des quantités de problème avec les interlocuteurs du centre d'appel. Cela me rappelle ma déconvenue avec Neuf Télécom (88 commentaires sur cet article !). Donc j'abandonne après environ 10 ans de fidélité.

J'ai basculé la copie de tous mes messages reçus depuis un an sur gmail (actuellement 2,7giga d'espace gratuit). Et gmail présente de nombreuses innovations en matière de messagerie sur lesquelles je reviendrai. Depuis 1 an, je n'ai constaté aucun dysfonctionnement.

Alors bye, bye Wanadoo mail...
Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Coups de gueule
commenter cet article
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 15:04

Texte préparé par mon ami Philippe Leblanc

  • La transparence est une vertu de plus en plus appréciée par tous
    • vrai
    • faux
  • Transparence et mode d'organisation
    • culture du secret <=> organisation très hiérarchisée, compartimentée
    • plus de transparence <=> organisation plus "plate", plus de communication directe entre tous les niveaux, moins de middle management (et un rôle qui change)

  • Autrefois, l'information était synonyme de pouvoir. Aujourd'hui, le pouvoir, l'influence appartiennent plus a ceux qui diffusent de l'information
    • vrai
    • faux
    • jusqu'à quel point

  • La transparence a des limites réglementaires
    • communication financière des sociétés cotées
    • information des représentants du personnel

  • ...mais souvent les limites réelles portent plus sur le timing que sur le contenu

La manière de communiquer dans l'entreprise change -- du message vers la publication

  • cote émetteur
    • hier, on envoyait un message a des destinataires identifiés
    • demain (même aujourd'hui), on publiera une information. L'ensemble des lecteurs n'est plus défini par la volonté de l'émetteur, mais par les intérêts et la motivation des lecteurs

  • cote receveur
    • hier, la corbeille arrivée, la boite aux lettres se remplissaient toutes seules
    • demain, on ira chercher l'information là ou elle est

  • => on passe d'un mode push a un mode pull
    • La vieille antienne du monde de la Recherche, Publish or Perish, s'appliquera de plus en plus a chacun...
    • conseil: apprenez à écrire. pratiquez.
    • conseil: apprenez à aller chercher l'information. utilisez des outils (eg. aggrégateur RSS)

  • => plus de transparence. Par défaut, l'information sera de plus en plus publiée, donc publique.
  • => Ne pas maîtriser ses destinataires n'est pas un handicap. C'est un atout!
    • de toute façon, un mémo peut être photocopie, un mail peut être re-émis sans que l'auteur le sache. On ne peut pas compter sur une réelle confidentialité
    • Une opportunité peut naître d'un lecteur auquel on n'aurait pas pensé
    • ...et ça évite l'oubli malencontreux d'un destinataire important et susceptible dans la liste de diffusion d'un mémo :-)
  • Transparence ou confidentialité? On n'a pas toujours le choix!
    • le système d'information est beaucoup moins étanche qu'on veut le croire, et en général, nous ne sommes pas des experts en sécurité
    • nous faisons tous des erreurs naïves
      • eg. prêter une clé USB mal effacée
    • les administrateurs système du département IT ont en général accès à toute l'information qui circule, y compris les mails
      • eg. le mail ultra confidentiel sur la délocalisation en Pologne
    • de plus en plus de (jeunes) employés peuvent avoir des compétences insoupçonnées de hacker. Des outils sont disponibles partout sur Internet
  • Des outils pour la transparence

...vers la base:

    • un portail intranet souvent mis à jour
    • le blog du patron (interne ou public)
    • des comptes rendus synthétique d'activité publies
    • des indicateurs qualité clés publiés

...vers le management:

    • des forums, ie. un moyen de poser des questions et obtenir rapidement des réponses directes, de faire des suggestions
    • des pages accessibles depuis le portail pour le CE, les DP, le CHSCT, les syndicats

...transverse:

    • des documents projet systématiquement publies (présentation, plan, avancement, minutes de meeting...)
  • La transparence est confortée par le sentiment de responsabilité de chacun
    • il faut une charte / un code de la route connus de tous, définissant les comportements acceptables en matière de publication interne et les règles de confidentialité
  • Technologie clé: la capacité pour chacun de publier des pages simples sur l'intranet de la compagnie.
    • technologies accessibles: wiki, blog
    • ...l'intranet n'est pas la chasse gardée du département communication interne ou du service informatique



“You have zero privacy anyway. Get over it.” --Scott McNealy, CEO of Sun Microsystems (Wired News, Jan 26, 1999)

 

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager son équipe
commenter cet article
27 mars 2006 1 27 /03 /mars /2006 18:13
Ce soir 18h, au retour de l'école, les enfants tous contents annoncent : "il n'y a pas d'école demain..."

Je recopie le cahier de liaison : "Mardi 28 mars 2006. Ecole fermée. Des menaces sérieuses d'envahissement des locaux amènent les trois directions (ecole - collège - lycée) à déclarer fermées les 3 unités, pour la sécurité de vos enfants."

Qui peut croire à la sincérité d'un mouvement de contestation démocratique, s'il n'y a plus de liberté de choix. On peut penser ce qu'on veut du CPE (je me suis exprimé à ce sujet), aucune menace n'est accpetable. C'est une attaque de plus à l'esprit démocratique. Une majorité silencieuse va encore assumer les excès d'irresponsables.

Notre démocratie a encore bien du chemin à faire avant de passer à l'âge adulte.

Triste Gaule :-(
Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Coups de gueule
commenter cet article
23 mars 2006 4 23 /03 /mars /2006 18:09
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.
Nicolas Boileau (1636 - 1711)

Dans notre pays, la référence est la formation scientifique. Ingénieur moi-même par tradition familiale, je connais le cursus. Et pour avoir passé plus de 20 ans dans le monde professionnel, j'ai pu constater à quel point on met en avant cette nécessité d'avoir le "bon diplôme".

Or le constat est simple : l'outil professionnel déterminant est la langue. C'est par la langue, et de plus en plus par la langue écrite que passent argumentations, rapports, synthèses, plans, référentiels, etc...

Oublions le triste chapitre de l'orthographe.

Dans de nombreux groupes de travail, c'est toujours un défi que de faire transcrire les idées en mots ou phrases clés. Exprimer une action concrète, produire une liste de jalons, définir un objectif relèvent de l'exploit. Pourquoi ? A mon avis, beaucoup de collaborateurs de managers manquent de pratique. Eduqués à l'école de l'équation, ils exacerbent la dimension technique sur la précision du propos. Pourtant, une énorme proportion de conflits en entreprise, de projets mal ficelés sont les fruits de l'incompréhension sur les mots.

Que ne réhabilite-t-on pas les littéraires dans les équipes et dans le management ? Que ne passe-t-on plus de temps à débattre - mais non à converser - des enjeux essentiels, des responsabilités, des mise en oeuvre de stratégie...

A propos, faites-vous une différence entre débat et conversation ?
Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager son équipe
commenter cet article
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 09:43
Manager
Dirigeant
Organise
Projette
Délègue
S’entoure
Anime
Crée les conditions
Décide
Défie
Communique
Infuse

Négocie
Avance politiquement



La différence leader/manager est bien souvent mise en lumière... le leader est davantage dans l'élaboration de la vision, le manager est dans l'exécution de la mission, , etc. J'y reviendrai. Mais que fait un dirigeant en plus ou différemment d'un manager ?

En quelques verbes ci-dessus, j'ai mis en vis-à-vis quelques idées clés. De mon point de vue, pour atteindre le stade de "dirigeant", il est capital d'avoir usé ses fonds de culotte sur des chaises de management. Puis vient le temps où le manager s'affranchit, passe un cap, obtient la confiance d'actionnaires, et chausse les godillots du dirigeant.

Son rôle évolue alors. Bien entendu, il a développé son aisance de leader, et dans son action, négocie chaque virage dans une perspective plus globale. "Créer les conditions" davantage "qu'animer" ? En effet, ayant forte capacité à s'entourer, son job consiste à rendre les choses possibles pour les managers qui lui reportent. Le dirigeant peut-il même s'affranchir de décider ! Son registre passe dans les défis qu'il lance, les questions pointues qu'il assène dans les revues de business plan... c'est au manager
du comité de direction, responsable, de finalement décider et prendre ses responsabilités.

Facile me direz-vous... En définitive, le dirigeant a toujours un fusible qu'il peut faire sauter en dessous de lui. Bien entendu ! En réalité, nous sommes tous les fusibles de quelqu'un : de nos clients, de nos actionnaires, de notre usine en grève, de notre chef, etc.

Vu son expérience (et son salaire diront certains), le dirigeant se doit d'utiliser son intelligence au plus haut niveau de valeur ajoutée possible. S'il fait, s'il décide, s'il négocie, s'il organise, il demeure dans les chaussures du manager, et contraint son équipe de direction au lieu de la libérer.

Théorique me direz-vous ? Parlons-en...
Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Stratégie de management
commenter cet article
6 mars 2006 1 06 /03 /mars /2006 08:57
Le Project Management Institute (PMI®) France-Sud section Provence organise en partenariat avec l’EGIM/Ecole Centrale Marseille son premier Forum qui se tiendra le mardi 28 Mars 2006 de 8 h 15 à 12 h 45, dans les locaux de l’EGIM, Technopole de Château Gombert sur le thème  :

« Le Management des Risques dans les Projets »

A cette occasion, je présenterai une conférence intitulée "les leçons oubliées de l'an 2000". Voici le résumé de mon intervention :



Une gigantesque onde de choc, une ébullition sans précédent a ébranlé la planète pendant la seconde moitié des années 90 : « les machines risquaient de ne pas passer l’an 2000, les horloges allaient s’affoler ».

Un effort colossal a été entrepris. Que reste-t-il de cette expérience ? Quelles leçons en tirer ? Et le bogue, mythe ou réalité ?

A partir de son expérience de direction du projet d’une société globale high-tech dans une situation très critique, l’intervenant propose quelques angles originaux de prise de recul par rapport à la gestion de risques tous azimuths (techniques, juridiques, financiers, commerciaux, etc.).


Pour tout renseignement et inscription au forum : pmi-provence@pmi-fr.org
ou par téléphone au 06.72.74.64.84 et sur le site  http://pmi-fr.org/france-sud

Venez nombreux :-)
Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager son projet
commenter cet article
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 23:07

Tout n'était pas excellent dans les conférences de ce 3 mars à Paris, lors du forum sur le coaching. J'ai cependant retenu en particulier 2 interventions :

- Pierre Angel et Patrick Amar (entre autres co-auteurs du que sais-je sur le coaching)
- Vincent Lenhardt aux nombreuses publications sur l'analyse transactionnelle.

Je voudrais simplement reprendre une idée développée par Vincent Lenhardt (empruntée à William Schutz). Avec un savoir-faire d'orateur brillant et passionnant, Vincent nous a encouragés à intégrer et transmettre à nos clients 3 outils intimes, clés de la confiance :

- je suis important,
- je suis compétent,
- je suis aimable.


Nulle prétention dans ces assertions. Simplement s'approprier le fait que chacune de nos existences est importante, que si mon interlocuteur est très compétent, je le suis aussi un peu et avec mes moyens propres et uniques, j'ai probablement quelque chose à lui apporter, et que par conséquent j'ai aussi le droit d'être aimé.

J'ai beaucoup apprécié ce discours. Je pense qu'il est de nature à encourager chacun à entrer avec solidité dans la négociation quotidienne, sans vantardise, bien dans ses godasses, bien à sa place.

Lisez l'intelligence collective en action de Vincent Lenhardt et Philippe Bernard pour aller plus loin sur le sujet...

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager son équipe
commenter cet article

Cadeau de bienvenue

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement :

7 clés pour devenir un super manager




Vos adresse mail reste confidentielle. Je ne la donne pas, je ne la vends pas.
J'envoie un à deux courriels par mois aux personnes inscrites.

Recherche

Bienvenue...

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses