Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2005 4 02 /06 /juin /2005 00:00

Anecdote vécue

 

Au début des années 2000, je dirigeais un programme "GemPrivilege'" dont la vocation était de mieux chausser le cordonnier: autrement dit, utiliser la carte à puce dans la vie quotidienne professionnelle des employés de Gemplus, leader mondial de l'industrie.

 

   L'une des applications "Smart Password", mises au point par l'équipe, servait à stocker  dans une carte à puce tous les mots de passe du système d'information de l'entreprise (messagerie, bases de données, ERP, CRM, ...), ou ceux utilisés dans l'intranet ou l'internet. Il suffisait donc d'insérer la carte dans l'ordinateur, la carte présentait le mot de passe approprié quand une application le réclamait. Le système permettait dynamiquement de détecter les nouvelles applications. Le déploiement dans l'entreprise se faisait de manière virale, en téléchargeant un petit logiciel disponible sur l'intranet. Une procédure simple permettait de personnaliser les cartes et de diffuser des lecteurs de carte au format PCMCIA. Smart Password, en quelques semaines, fut adoptée et installée par plus de 100 utilisateurs, qui en faisaient la promotion dans leur entourage: déploiement viral...

 

Bref, une application simple qui... 5 ans plus tard, rendrait encore beaucoup de services !

 

Seulement voilà: pour des raisons qu'il n'y a pas d'intérêt à évoquer ici, le programme GemPrivilege a été arrêté. Un comité produit, fort compétent, décida de l'avenir de "Smart Password". La décision fut: "on continue mais on va enrichir le produit". Cela signa sa mort. Trop simple pour plaire aux génies du marketing, on ajouta force fonctionnalités complexes, de la cryptographie, etc... et 6 mois plus tard, le produit fut abandonné.

 

Je suis un adepte des produits simples et je ne suis pas le seul. Bon nombre de projets sont enterrés car trop complexes. Bon nombre de managers se font "enfumer" par des discours marketing tellement élaborés, que plus personne ne les comprend. Bien sur, personne n'ose le dire, il est de bon ton dans notre pays de discourir à l'infini de concepts complexes supposés tout résoudre.

 

Je ne crois pas qu'il faille mélanger "simplisme" et "simplicité". Souvent, les systèmes les plus simples ont été difficilement élaborés. Mais les discours alambiqués de marketing sont pour moi devenus suspects, et je crois nécessaire de poser et reposer toutes les questions jusqu'à être vraiment convaincu. 

 

Au fait, je continue de me bagarrer avec une vingtaine de mots de passe...

 

Article dédié à Anthony.

Partager cet article

Repost0
31 mai 2005 2 31 /05 /mai /2005 00:00
Il  était une fois, une Fourmi heureuse et productive qui tous les jours arrivait de  bonne heure à son travail. Elle passait toute sa journée à travailler dans la joie  et la bonne humeur, poussant même la chansonnette. Elle était heureuse de  travailler et son rendement était excellent mais, malheur !, elle n'était pas  pilotée par un manager...

Le Frelon, PDG de l'entreprise, considérant  qu'il  n'était pas possible que la situation puisse perdurer, créa un   poste de manager pour lequel il recruta une Coccinelle avec beaucoup  d'expérience.

   La première préoccupation de la Coccinelle fut d'organiser  les horaires d'entrée et de sortie de la fourmi. Elle créa également un   système de compte-rendu et de fiches navettes. Très vite, il fallut engager  une secrétaire pour l'aider à préparer les dossiers et le reporting, si bien  qu'elle recruta une Araignée qui mis sur pied un système de classement et qui  fut chargée de répondre au téléphone.


Pendant ce temps là, la fourmi  heureuse et productive continuait de travailler, travailler, travailler. Le Frelon, PDG de l'entreprise, était ravi de recevoir les rapports de la   Coccinelle, si bien qu'il lui demanda des études comparatives avec graphiques,  indicateurs et analyse de tendance. Il fallut donc embaucher un Cafard pour  assister le manager et il fallut acheter un  nouvel ordinateur avec une  imprimante.

Assez vite, la Fourmi heureuse et productive commença à  baisser de rythme et à se plaindre de toute la paperasserie qui lui est  dorénavant imposée. Le Frelon, PDG de l'entreprise, considéra qu'il était  temps de prendre des mesures. Il créa donc le poste de chef de service pour  superviser la Fourmi heureuse et productive.

Le poste fut pourvu par une  Cigale qui changea tous le mobilier de son bureau et qui demanda un nouveau  fauteuil ergonomique ainsi qu'un nouvel ordinateur avec écran plat.  Seulement,avec plusieurs ordinateurs, il fallut aussi installer un serveur  réseau. Le nouveau chef de service ressenti rapidement le besoin de recruter un  adjoint (qui était son assistant dans son ancienne entreprise) afin de préparer un plan stratégique de pilotage ainsi que le budget de son nouveau service. Pendant ce temps-là, la Fourmi était de moins en moins heureuse et de moins en moins productive.

"Il va nous falloir bientôt commander  une étude sur le climat social", dit la Cigale.

Mais, un jour, le Frelon,  PDG de l'entreprise, en examinant les chiffres, se rendit compte que le service dans lequel la Fourmi heureuse et productive travaille n'était plus aussi  rentable qu'avant.Il eut donc recours aux services d'un prestigieux  consultant, M. Hibou, afin qu'il fasse un diagnostic et qu'il apporte des  solutions. Le Hibou fit une mission de trois mois dans l'entreprise à l'issue  de laquelle il rendit son rapport : "il y a trop de personnel dans ce service".  Le Frelon, PDG de l'entreprise, suivit ses
recommandations et .. licencia la  Fourmi !

Moralité :

Ne t'avise jamais d'être une Fourmi heureuse  et productive. Il vaut mieux être incompétent et ne servir à rien. Les  incompétents n'ont pas besoin de superviseur, à quoi cela  servirait  puisque tout le monde le sait ! Si malgré tout, tu es productif, ne montre  pas que tu es heureux au travail, on ne te le pardonnerait pas.

Si tu  t'obstines à être une Fourmi heureuse et productive, monte ta propre entreprise  : au moins tu n'auras pas à faire vivre les Frelon, Coccinelle, Araignée,  Cigale, Hibou et autre Cafard.

Lamentablement, tout ceci est basé sur des  études scientifiques universitaires qui démontrent que la majorité des être  humains  tendent à devenir des parasites  ...

NB: merci Flavie pour cette parabole...
 
Auteur inconnu

Partager cet article

Repost0
25 mai 2005 3 25 /05 /mai /2005 00:00

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais on continue de recevoir, dans nos échanges de courriel, des fichiers aux noms ésotériques. Au début des années 80, deux jeunes adversaires ont créé des systèmes d'exploitation concurrents: vous les avez reconnus Mac OS et MS-DOS.

Le premier a été conçu pour être accessible à tout le monde, le second pour être configurable par les informaticiens. Le second a gagné. Et le second a imposé ses normes. Donc le nom d'un fichier devait avoir une longueur courte (je ne me rappelle plus bien, mais je crois 8 caractères maximum, contigüs). Des millions de personnes ont donc pris l'habitude de se tirer les cheveux pour trouver des noms courts et significatifs pour les fichiers. Exercice pas facile dans la durée...

Depuis le début des années 2000 (donc plus de 15 ans après Mac OS), on peut appeler son fichier comme on veut sur Windows - auparavant, c'était du bricolage qui marchotait sur une patte. Et bien, et bien, beaucoup de gens continuent de donner des noms courts et ésotériques à leurs fichiers. Cela, bien entendu, complique la gestion et le partage de données.

J'encourage à ne pas nommer un fichier:

"sm5_client1.doc"

mais plutôt...

"Client 1 - Offre de service en maintenance numéro 5"

C'est plus clair pour tout le monde, non ?

Deux remarques pour finir:

- décidément, il est toujours bien difficile de changer des habitudes... (appelez votre coach habituel :-))

- certains éditeurs ne sont-ils pas gravement responsables de pertes énormes de productivité dans les entreprises (pertes évidemment incalculables),  car au lieu de penser "méthode efficace", ils raisonnent "multitude de fonctionalités"...

Vieux débat... En tout cas, donner l'instruction que les noms fichiers doivent avoir un nom de baptême très clair, est une saine mesure pour le travail en équipe !


20 courriels reçus par jour maximum, possible or impossible ?

Pour aller plus loin, téléchargez les 7 bonnes pratiques d'utilisation de la messagerie...

Partager cet article

Repost0
18 mai 2005 3 18 /05 /mai /2005 00:00

Bien sur, je vais voter oui. Je pense que mettre ce texte au référendum est une erreur et une idée géniale:

  • - une erreur car c'est un texte technique et innacessible à la plupart d'entre nous;
  • - une idée géniale car on n'a jamais autant débattu d'Europe en France.

Quelque soit le texte, celui-là, le prochain si le "non" gagne, celui d'après si le prochain ne passe pas, etc... il ne sera jamais parfait, il sera toujours contradictoire, il sera toujours soumis à mille interprétations. Mais c'est la vie qui est comme ça. Mon avis est que le texte a peu d'importance. Il y a suffisamment de démocratie en Europe pour que les excès ou erreurs des politiques soient corrigés et amendés.

Ce texte n'a pas d'importance mais ce texte est symbolique. C'est une référence. C'est une volonté d'avancer. C'est un signe unique par sa dimension dans l'histoire de l'humanité: plus de 400 millions d'êtres humains qui se dotent d'une règle commune après des millénaires de massacres. Nos arguments me paraissent souvent dérisoires à coté de l'enjeu... "M'enfin" comme dirait Lagaffe...

J'ai proposé un débat sur un Yahoo group. Vous pouvez consulter les contributions et apporter la votre:

http://fr.groups.yahoo.com/group/constitution_pour_ou_contre/

Allez aussi voir Bettina, j'aime bien...

http://aubonsens.typepad.com/pro/2005/05/cest_si_bon_de_.html

 

Partager cet article

Repost0
17 mai 2005 2 17 /05 /mai /2005 00:00
 

Il y a quelques jours, j'ai vu le remarquable film "Ray". Vie difficile que celle de Ray Charles, aussi un exemple de lutte personnelle contre l’adversité. Allez le voir…

 

Dans un concert, Ray entame sans prévenir un morceau (de blues je crois, pardon pour les puristes qui peuvent me corriger), qui n'est pas du tout dans son répertoire. Ses fans sont furieux, la salle chauffe. En coulisse, personne ne comprend pourquoi Ray part sur ce territoire à risques, qui n'est pas le sien. Il s'agit d'un morceau intimiste alors que la musique de Ray est d'habitude très tonique.

 

Voyant le public s'enflammer avec fureur, un nouvel associé de Ray décide en coulisse de baisser la lumière de la salle – innovation pour l’époque ! Comme par magie, le public s’adoucit et devient attentif à la musique. La partie est gagnée.

 

Après le concert, Ray, assez énervé, demande à son collaborateur : « mais pourquoi as-tu baissé la lumière ? ». Celui-là lui répond : « il fallait le faire ». Ray redemande : « mais qui t’a demandé de le faire ? », et l’autre d’ajouter quelque chose comme : « il fallait le faire, c’est tout ». Bien entendu, Ray engage immédiatement ce nouveau compère dans sa garde rapprochée.

 

Juste une autre illustration du « just do it » d’un célèbre fabriquant de chaussures. Trop souvent nous attendons ou demandons des autorisations avant d’agir. Le management n’attend-il pas davantage d’initiatives et de prise de risques de ses équipes ?

 

Partager cet article

Repost0
16 mai 2005 1 16 /05 /mai /2005 00:00

Lors d'un accompagnement en entreprise, j'arrivai aux conclusions suivantes:
(appelons le manager en question "Jimmy")

1 - Jimmy était manifestement très compétent et avait des analyses très pertinentes.

2 - Le boss de Jimmy envoyait apparemment toutes les propositions et analyses de Jimmy à la poubelle.

3 - Jimmy recevait régulièrement des signaux positifs du chef de son chef.

Mais, mais... Jimmy regardait l'organigramme de l'entreprise avec un oeil qui mettait la légitimité de la hiérarchie devant l'intérêt général de l'entreprise. Ce n'est pas la première fois que j'entendais ce principe, et les réticences adjacentes.

Cependant... cependant...

Où va une entreprise dont le management intermédiaire jette au panier les initiatives qui le dérangent ou qu'il ne comprend pas ? Doit-on respecter son chef au point d'en oublier que l'intérêt général est de faire jaillir les bonnes idées. Mon propos n'est pas de mettre la révolution dans l'entreprise. Mais par manque de confiance en eux, par jeu manipulatoire parfois, certains managers nuisent quotidiennement au développement de leur entreprise.

Jimmy et moi avons avancé sur une analyse différente: puisque le chef de son chef lui envoyait des signaux positifs, était-il possible de développer informellement cette relation, de tactiquement soumettre des propositions pertinentes sans mettre en cause la hiérarchie ? Jimmy s'est engagé dans cette voie. Les résultats ont été au rendez-vous: les idées de Jimmy ont finalement été exploitées avec succès en interne et par des partenaires à l'entreprise.

Et Jimmy a retrouvé un pêche au boulot qu'il avait perdu. Ses envies de partir semblent différées, sa motivation est de nouveau là. Le canal hiérarchique n'était pas le bon, et il fallait vaincre la conviction que "le chef représente la légitimité".

De mon point de vue, la question à se poser est toujours celle de l'intérêt général de l'entreprise. Attention, contourner la voie hiérarchique présente des risques. Quand on décide de faire cela, les raisons doivent être profondes, justes et solides. Il ne s'agit pas de caprice. Et il faut être prêt à assumer les conséquences de ce choix...

Partager cet article

Repost0
12 mai 2005 4 12 /05 /mai /2005 00:00

Créateur d'entreprise, j'ai reçu une offre alléchante et très marketing de Neuf Telecom: en clair, moins cher et plus vite que mon opérateur ADSL actuel. J'ai souscrit pour un essai gratuit d'un mois. Quelques jours plus tard, mon ADSL ne fonctionne plus. J'appelle Wanadoo, première question:

 

Wanadoo - avez vous souscrit auprès d'un autre opérateur ?
Laurent - oui pour un test gratuit chez Neuf Telecom.
Wanadoo - ok, donc Neuf Telecom est venu sur votre ligne pour passer devant Wanadoo.
Laurent - mais personne ne m'a prévenu que j'allais perdre ma connexion ADSL.
Wanadoo - ce sont les pratiques de la concurrence monsieur.
Laurent - bon, remettez-moi ma ligne immédiatement, s'il vous plait.
Wanadoo - ce n'est pas possible, il faut que vous demandiez à Neuf Telecom de se retirer de la ligne
Laurent - ah bon ! Et ensuite ?
Wanadoo - ensuite, je peux envoyer un technicien, il faut en moyenne un délai de 5 jours.
Laurent - 5 jours !!!!!!!!!!

 

Furieux, j'appelle Neuf Telecom. Après quelques minutes d'attente, à mes frais bien sur, discussion sur-réaliste. J'explique mon cas, passablement énervé:

 

Neuf Telecom - soyez raisonnable monsieur...
Laurent (de plus en plus furieux) - raisonnable ! Vous me coupez ma ligne sans me le dire, et vous voulez que je sois raisonnable ! Internet est mon outil de travail 24h sur 24. Que diriez-vous si on coupait l'électricité de Neuf Telecom sans vous prévenir et pour une durée indéterminée !
Neuf Telecom - il faut être raisonnable, ...

 

et l'opérateur, qui n'écoute pas ma demande, me raccroche au nez !!!

Quelques minutes plus tard, je rappelle:


Laurent (déterminé) - je vous demande de vous enlever immédiatement de ma ligne.
Neuf Telecom - cela demande un délai, et vous devez nous envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception et payer des frais de déconnexion.
Laurent - vous rigolez. J'ai souscrit un essai gratuit, vous me coupez ma ligne sans me prévenir, vous me demandez une lettre recommandée pour annuler le test gratuit alors que j'ai souscrit sur internet, vous allez me facturer des frais ! Je ne vais pas en rester là !

 

Le soir, je prépare la lettre recommandée à Neuf Telecom, et j'écris un courriel au Directeur Général de Neuf Telecom. On trouve facilement les diplômes de ce monsieur sur le site Neuf Telecom, en revanche pas d'adresse courriel pour lui écrire. Alors je teste de nombreuses adresses courriel "naturelles" du type: prénom.nom@neuftelecom.com. Aucune adresse ne fonctionne. Apparemment le service où l'écoute du client n'est pas à la mode au sein de la direction cette entreprise. Je mets donc mon courriel dans une enveloppe.

 

Depuis 3 jours, je n'ai plus d'ADSL. Neuf Telecom ne m'a pas rappelé. Je suis furieux.

 

On est souvent prisonnier, de part l'adresse de courriel, de son opérateur ADSL. Je n'ai pas annulé Wanadoo préalablement à souscrire chez Neuf Telecom car je reçois mes courriels chez Wanadoo. On ne peut pas avoir 2 opérateurs en même temps. Je prépare donc mon plan. Je vais faire héberger mes courriels en dehors d'un quelconque opérateur (je teste actuellement Google Mail, un concept révolutionnaire de messagerie, je blogerai la-dessus), prévenir mes clients, amis et famille de ma nouvelle adresse, et ferai ensuite marcher la concurrence.

 

Inutile de dire que Neuf Telecom est en liste rouge.

 

L'expérience m'a appris à respecter mes clients et mes concurrents. J'ai des doutes sur les pratiques de Neuf Telecom...

Epilogue 1 : ce vendredi soir, je reviens d'une intervention en clientèle (on a parlé de la qualité de service client...). Après 5 jours, l'ADSL fonctionne de nouveau. Aucun signe de Neuf Telecom. Je vous laisse tirer les conclusions...

Epilogue 2 : lundi 16 mai vers midi, coup de téléphone de Neuf Telecom. "Nous avons bien reçu votre courrier et résilié votre demande. Vous ne nous devez rien". Voilà la première bonne nouvelle de la semaine: le désastreux essai gratuit ne me coûtera finalement que la lettre recommandée + une semaine à me tirer les cheveux à cause de mon accès internet saccagé...

Epilogue 3 : jeudi 19 mai, je reçois un courrier de Neuf Telecom confirmant que mon internet très haut débit est actif depuis le 13 mai. Il y a de quoi sourire...

Epilogue 4: à ce jour (13 décembre 2005), il y a 57 commentaires à ce post! Et j'ai reçu des quantités de courriel de gens qui cherchent à se sortir de ce guépier... Et, vous allez rire, je continue de recevoir régulièrement des factures de Neuf Télécom: la dernière en date du 30/11/2005 me signale qu'un montant de 0,00 euros sera prélevé le 25/12/2005. Bon Noël Neuf Télécom...

Et si vous voulez vous défendre allez chercher de bonnes idées chez Timothée.

Bon courage...

Partager cet article

Repost0
25 avril 2005 1 25 /04 /avril /2005 00:00

En pleine réunion houleuse un jour, l'un de membres de mon équipe - consultant externe de langue anglaise - me fit un clin d'oeil : "storming" chuchota-t-il...

Il faisait référence à une conversation antérieure que nous avions eu sur la formation d'une équipe. La création d'une équipe performante passe inmanquablement par 4 phases:

- "Forming" ==> tout à l'excitation de bosser sur un nouveau projet, le groupe se rassemble. C'est une phase facile puisque tous les espoirs sont permis.

- "Storming" ==> après les premières esquisses communes vient la tempête, les confrontations voire les affrontements. Le groupe peut devenir une équipe si elle passe cette étape.

- "Norming" ==> la tempête dépassée, on peut maintenant mettre en place une vraie structure de travail en équipe. C'est une phase où sont produits bon nombres d'outils communs.

- "Performing" ==> l'équipe existe, les outils sont en place, les référentiels sont créés. L'équipe devient irrésistible...

C'est un modèle intéressant... A quelle étape se trouve-t-on ? Les phases sont plus ou moins longues en fonction des projets, des personnalités, des enjeux. Mais c'est une grille de lecture intéressante à utiliser pour se situer...

Voir les quelques lignes de théorie de Bruce Tuckman à ce sujet...

Partager cet article

Repost0
15 avril 2005 5 15 /04 /avril /2005 00:00
 

Ce créateur d'entreprise me disait l'autre jour: "tu te rends compte, on n'a 15 minutes pour présenter notre projet à un groupe d'investisseurs !"

Evidemment, je comprends la frustration. Nous sommes souvent dans une situation où il faut présenter notre activité, notre boite, notre projet... très rapidement. Et bien tentez l'exercice, montre en main: 1 minute pour présenter ce que vous faites. Et testez l'exercice devant votre conjoint, votre voisine de palier, votre oncle à la retraite, votre gamin. Si tous en coeur ouvrent des yeux ronds du style "toujours rien compris", hop, il faut rebosser le sujet !

Bien sur, plus votre job est ésotérique, technique, pointu, original, plus il faut l'expliquer de manière imagée. Cette première minute est clé pour entrer en relation business. Et encore une fois, le facteur clé de réussite de cette minute cruciale, c'est la préparation, l'exercice, l'ajustement.

Allez, montre en main, 1 minute ! 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2005 2 12 /04 /avril /2005 00:00

Le 14 mars, j'ai écrit quelques lignes sur l'intérêt d'apprendre à taper au clavier. Aujourd'hui, si je fais une recherche mondiale sur Google "apprendre à taper sur un clavier", mon blog sort en position 1 sur des dizaines de milliers de résultats, et "apprendre à taper au clavier" en position 11. Le blog est décidément un bel outil de référencement, car je suis loin d'être un expert du sujet...

En parrallèle, les statistiques de mon blog ont montré que des dizaines de personnes ont consulté mon blog parce qu'elles cherchent à apprendre à taper au clavier. Cela donne une indication forte sur le fait que le sujet intéresse, et qu'il est temps que les entreprises et le monde de l'éducation investissent ce thème.

 

Partager cet article

Repost0

Recherche

Bienvenue...

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses