Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 12:21
Il y a longtemps que j'y pense, je n'avais pas encore osé. J'avais fait quelques pas pour sortir de Microsoft, j'ai fait un grand bond. Depuis maintenant 15 jours, j'utilise Linux Ubuntu, je n'utilise plus aucun logiciel Microsoft, et je vis toujours.

Pour vaincre la bête, j'ai d'abord observé mon frère Nicolas (philosophe, musicien, physicien, écrivain, théologien... mais aussi bricoleur informatique indépendant à ses heures) en train de télécharger Ubuntu, le sauvegarder sur CD-Rom, l'installer sur mon PC et traficoter 2 ou 3 ajustements. Après cette phase d'observation, j'ai pris le taureau par les cornes.



Premier constat : le résultat est franchement positif. L'ergonomie de l'interface Ubuntu est très conviviale. Bien sur, l'environnement change, certains mots sont différents. On s'y retrouve pour peu qu'on n'ait pas peur de rechercher sur Google les manœuvres que l'on souhaite effectuer avec ce nouveau système d'exploitation. Il ne faut pas hésiter à suivre pas à pas des instructions pour procéder à certains réglages (
je pense par exemple à la résolution de l'écran puisque j'utilise un 19 pouces), y compris en se mettant en mode "terminal"... Cela parait complexe au départ, mais on trouve des quantités de forum de support d'utilisateurs qui s'en sortent. Un peu de cambouis sur les mains, certes, mais je pense que ça vaut le coup.

Mon principal obstacle a été la synchronisation avec mon pda. J'utilise un Qtek pocket pc, choisi en particulier pour sa taille. C'est un téléphone pda très intégré et sans clavier. J'en suis content à l'exception près du système d'exploitation Microsoft qui gère les fichiers de manière complexe et illogique, comme c'est l'habitude de la maison. Il existe diverses solutions proposées sur les forums pour arriver à faire cette synchro, mais en toute honnêteté, je n'ai pas réussi à m'en sortir. Pourtant, cette synchro est essentielle pour moi, et aussi pour mon métier de consultant/formateur en optimisation du temps et management de projet. En batifolant sur les options Ubuntu, j'ai trouvé un utilitaire de synchro avec le Palm. J'ai testé : bingo, la synchro a marché. J'ai donc repris mon ancien Palm que j'aimais beaucoup pour sa simplicité et so
n efficacité. J'évoluerai sans doute bientôt vers un téléphone/Palm OS.

Récupérer mes courriels - que j'avais préalablement transférés sur Thunderbird a été simple, même si je n'ai trouvé que le transfert dossier par dossier. Je le fais donc au fil de l'eau, en fonction de mes besoins.

Mon passage à Linux est irréversible. En réalité, je ne retourne quasiment plus sur l'environnement Microsoft. En synthèse :

- j'utilise la messagerie "Evolution" d'Ubuntu qui a toutes les fonctions essentielles d'Outlook;
- je constate avec bonheur que mon fichier financier construit sur Excel est passé d'une taille de 2Mb à 200Kb en le récupérant sur OpenOffice (ce qui en dit long sur l'accord tacite entre Microsoft et les constructeurs de hard pour encombrer nos mémoires d'ordinateur), tout en ayant les mêmes données et fonctions;
- je ne m'inquiète plus pour les virus et autres défragmentations de disque;
- j'ai un système d'exploitation gratuit avec force support en ligne de personnes non informaticiennes (et donc très pragmatiques pour expliquer comment se sortir d'une ornière);
- je découvre tous les jours des fonctionnalités sympas (exemple : en cliquant sur la date de la barre de menu, mon agenda + taches de la journée s'affichent);
- des quantités de choses se passent plus rapidement qu'avec Microsoft, et les erreurs ne plantent apparemment pas tout le système;
- le partitionnement mémoire imposé par Linux - un espace pour le système, un espace pour la session de travail, un espace pour les données - donne une structure qui me parait  bien plus solide que le foutoir Microsoft où tout est mélangé et où l'on craint sans arrêt de détruire des fichiers sensibles, et où l'on se demande comment se débarrasser de certains autres. Sans compter ce domaine magique qu'est la base de registre que personne n'a été capable de m'expliquer en 12 ans de Microsoft - "fais gaffe à ta base de registre" était l'unique instruction systématique de mes interlocuteurs.

Tout n'est pas facile dans la bascule vers Linux, et je n'ai pas encore tout réglé (par exemple, je n'ai pas encore configuré mon réseau local). Je me suis bagarré pendant une semaine pour trouver un équilibre. Je suis parti de zéro, sans aucune connaissance de ce nouvel environnement et avec des exigences fortes.

Je ne regrette pas mon choix, c'est comme si j'avais conquis un nouveau périmètre de liberté et développé la dimension plaisir...

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager ses outils
commenter cet article

commentaires

Jean-Charles GIARDINA 30/05/2007 18:26

Félicitation Laurent,Moi aussi j'ai passé le cap (mais il y a 8 ans ;-))Comme Nicorazon, je te conseille de garder un windows au cas ou.Car il m'est arrivé de devoir tester du matériel qui ne fonctionnait pas sur Linux sur un Windows afin de valider quil ne s'agissait pas d'un problème de pilote.Jean-Charles GIARDINA

Nicorazon 27/04/2007 17:41

Avec Linux, on est moins embêté par le système.Je te signale toutefois, que tu peux installer windows avec l'émulateur "vmware" qui est gratuit depuis quelques semaines...Garde quand même un windows sous le coude, en raison des casse-pieds qui envoient encore des documents en format microsoft...

laurent 24/04/2007 08:20

Quelques éléments de réflexion pour Thierry :1 - je ne sais pas sur quelle version OpenOffice vous avez fait cette expérience, mais la comptabilité avec Excel évolue. Il reste, c'est vrai, des différences ergonomiques quand on passe de l'un à l'autre...2 - pour contourner le problème et développer l'utilisation des outils collaboratifs, il peut être intéressant d'utiliser "google documents, et tableurs" (voir mon article à ce sujet) qui permet le partage, l'import et l'export de documents au format Excel ou OpenOffice. Je pratique l'outil de plus en plus avec mes clients sans problème encore identifié.3 - même si cela ne répond peut-être pas directement à votre problématique, l'utilisation du format pdf (acrobat) permet l'échange de documents non modifiables avec clients, partenaires, etc...Quitter l'emprise de Microsoft est encore un défi quand on est au milieu d'utilisateurs et de systèmes conservateurs. Il faut faire preuve d'astuce et de créativité, mais aussi de culot. Sortir de la pensée unique en quelque sorte...Bon courage !

thierry.r.bachmann@tirbar.eu 23/04/2007 15:36

Bonjour,
Je suis Responsable d'Infogérance, j'avais tenté par le passé d'utiliser un Système d'Exploitation Libre et des logiciels libres pour me séparer également de Microsoft.
J'avais dû faire machine arrière, en effet, chez le client, j'utilise Excel 2003 afin d'effectuer des tableaux de bord, avec un changement de couleur des Indicateurs de Performance, selon si ils respectent nos engagements pris.
De retour à la maison, ces mises en forme condititionnelle disparaissait lors de l'utilisation d'Open Office.
Je me suis résigné, par faute de compatibilité entre les différents logiciels.
 
Dommage...
 
Thierry R BACHMANN

Cadeau de bienvenue

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement :

7 clés pour devenir un super manager




Vos adresse mail reste confidentielle. Je ne la donne pas, je ne la vends pas.
J'envoie un à deux courriels par mois aux personnes inscrites.

Recherche

Bienvenue...

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses