Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 13:05
En 1985, je suis tombé amoureux du Macintosh. J'ai même fait un court détour professionnel par Apple en 1989. Puis, pendant près de 4 ans chez Gemplus, j'ai résisté dans un monde Microsoft, avec un Mac arraché de haute lutte à mon management.

Un jour, un collaborateur me dit : "Windows 95, c'est comme le Mac et patati et patata". Mon Mac étant vieillissant, seul sur ma planête mais tout de même autonome et jamais planté avec mon ordinateur, je rejoignis à reculons le monde Microsoft. Pour constater, bien entendu que Windows 95 avait en effet piqué quelques bonnes idées de Mac OS 85, mais n'arrivait pas à la cheville du confort pour l'utilisateur de l'Apple 95. Je pourrais écrire des paragraphes entiers sur la liste des reproches que je fais depuis 10 ans à Windows. Il existe une nombreuse littérature à ce sujet, pour ma part, je pense qu'il s'agit du plus grand hold-up de l'humanité. Vous connaissez sans doute l'amusante anecdote que je mets sous cet article, et qui illustre avec humour ma façon de penser.

Cet été, en changeant d'ordinateur, j'ai envisagé de reprendre un Mac. Mais plusieurs interlocuteurs d'Apple ou de ses distributeurs ont été maladroits, et m'ont finalement découragé de faire la bascule inverse en revenant vers mes premières amours informatique.

Comment reprendre sa liberté ? Les logiciels libres, oui bien sur. Le souci reste l'interopérabilité avec mes clients... J'ai depuis des mois fait le choix de Firefox plutôt qu'Internet Explorer. Un petit pas vers l'affranchissement. J'ai essayé à plusieurs reprises d'utiliser OpenOffice. Et puis je me suis arrété : trop de peur de la marche à franchir pour se réapproprier un nouvel environnement, inquiétudes de compatibilité, etc... Hors, j'ai constaté depuis quelques semaines que les liens de mon fichier pdf sur le coaching en ligne ne fonctionnaient pas. Triturant mon document Word et le logiciel libre pdf creator, je ne m'en sortais pas. Alors ce matin, j'ai chargé de nouveau OpenOffice, récupéré le document coaching en ligne, et enregistré mon document directement en pdf. La bonne surprise est au rendez-vous : tous les liens fonctionnent désormais. Et cerise sur le gateau, le même document "coaching en ligne" (pas une virgule de différence) pèse 98Ko au format Word, 28Ko au format OpenOffice !

Si pour beaucoup d'entre mes lecteurs, la bascule vers OpenOffice est une évidence, je suspecte que pour beaucoup d'autres, elle représente une sorte de saut dans l'inconnu. Quand à moi, je vais m'atteler à vaincre mes peurs et briser, par étape, l'étreinte que Microsoft a serrée avec habileté autour de mon outil de travail.

Et puis relisez le savoureux papier ci-dessous dont j'ignore l'auteur...



Microsoft contre Général Motors
Lors d'un salon informatique (ComDex), Bill Gates a comparé l'industrie
informatique avec l'industrie automobile pour en arriver à la conclusion
suivante :

  "Si General Motors (GM) avait eu la même progression technologique que
l'industrie informatique, nous conduirions aujourd'hui des automobiles
coûtant 25 dollars et qui parcouraient 1000 kilomètres avec 1 litre
d'essence."

  Voici ce que fut la réponse du Président de General Motors, lors d'une
conférence de presse :

  "Si General Motors avait développé sa technologique comme Microsoft, les
voitures que nous conduirions aujourd'hui auraient les propriétés suivantes
:

  1. Votre voiture aurait un accident sans raison compréhensible 2 fois par
jour.

  2. Chaque fois que les lignes blanches seraient repeintes, il faudrait
racheter une nouvelle voiture.

  3. Occasionnellement, une auto quitterait l'autoroute sans raison connue.
Il faudrait simplement l'accepter, redémarrer l'auto et reprendre la route.

  4. Parfois, lors de manoeuvres particulières, comme par exemple prendre
une courbe à gauche, l'auto irait simplement tout droit puis refuserait de
repartir. Pour cela, il faudrait procéder à un échange standard du moteur.

  5. Les automobiles ne seraient livrées qu'avec un seul siège, car il
faudrait choisir entre Car98 et CarNT. Chaque siège supplémentaire devrait
être commandé à l'unité.

  6. Macintosh développerait des voitures fonctionnant à l'énergie solaire,
fiable, cinq fois plus rapides et deux fois plus légères. Mais elles ne
pourraient emprunter que 5% des routes.

  7. Les témoins d'huile, de température et de batterie seraient remplacés
par un unique témoin : "Défaillance Générale".

  8. Les sièges exigeraient que chaque passager ait la même taille et le
même poids.

  9. L'airbag demanderait "Etes-vous sûr ?" avant de s'ouvrir.

  10. Occasionnellement, la condamnation centralisée de la voiture se
bloquerait. Vous ne pourriez alors la réouvrir qu'au moyen d'une astuce,
comme, par exemple, simultanément tirer la poignée de porte, tourner la clé
dans la serrure et d'une autre main attraper l'antenne radio.

  11. General Motors vous forcerait à acheter, avec chaque voiture, un jeu
de cartes routières Deluxe de la société Rand McNally (depuis peu filiale
de GM), même si vous ne souhaiteriez pas ou n'auriez pas besoin de ces
cartes. Au cas ou vous ne prendriez pas cette option, la voiture roulerait
50% moins vite (ou plus). A cause de cela GM deviendrait une cible
fréquente de procès.

  12. A chaque fois que GM sortirait un nouveau modèle, chaque conducteur
devrait réapprendre à conduire, car aucune des commandes ne fonctionnerait
exactement comme dans les modèles précédent.

  13. Enfin, il faudrait appuyer sur le bouton "Démarrer" pour stopper le
moteur."

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Manager ses outils
commenter cet article

commentaires

Nicorazon 12/11/2006 16:34

- Je suis un linuxien, non fanatique. Il traîne toujours une petite partition windows sur mon ordinateur, mais elle va sans doute disparaître, car sous Linux on peut faire tourner la plupart des logiciels de windows.Les qualités de Linux- Après avoir travaillé avec Mandriva et Suse, j'utilise UBUNTU depuis plus de 2 ans. Aucun problème de fonctionnement, une reconnaissance automatique de tout le matériel (sans installer de pilotes) ; des mises à jour à faire de temps en temps ; pas besoin d'antivirus, un fonctionnement en réseau très simple... Quant aux documents personnels, ils sont toujours sur une partition différente du système, ce qui fait qu'on peut, quand on veut, changer de distribution sans avoir besoin de reconfigurer les paramètres persos.ET PUIS C'EST TOUT GRATUIT !Les défauts de Linux ? Pas beaucoup de jeux à la hauteur de ceux de windows et un travail en ligne de commande de temps en temps. En effet, Linux aujourd'hui répugne à installer des formats propriétaires (MP3, Windows Player, etc.) et il faut les installer tout seul comme un grand.Mais en aucun cas, les remarques ironiques indiquées par le patron de General Motors ne sont valables...

Renaud 06/11/2006 16:48

Je suis passé au Mac en 2000, après des années de galère sur Windows (plantages, bugs, virus, flagrant manque d'ergonomie).  En 6 ans je n'ai jamais réinstallé le système d'exploitation, je me contente des mises à jour. Et ça fonctionne, tout simplement.

Cadeau de bienvenue

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement :

7 clés pour devenir un super manager




Vos adresse mail reste confidentielle. Je ne la donne pas, je ne la vends pas.
J'envoie un à deux courriels par mois aux personnes inscrites.

Recherche

Bienvenue...

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses