Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 16:52

- Pour votre augmentation, allez voir la DRH;
- L'équipe juridique m'interdit de signer ce contrat;
- Ce sont les achats qui décident des prix;
- L'informatique nous impose ce système;
- Mon chef ne m'a pas donné l'autorisation;
- La finance ne m'a pas accordé le budget.

Les enquêtes signalent le triste moral des managers, leur stress, leur baisse de motivation. On se demande si le système qui est mis autour d’eux soit-disant pour les aider, n’est pas en train de les écrabouiller… Il semble que les services fonctionnels aient pris le pouvoir. Le manager opérationnel devient-il un relais de procédures ? Si tel est le cas, je conseille de tous les virer et de les remplacer par des machines automatiques : c’est moins cher, et ça ne discute pas.

 

Lire la suite de l'article

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent de Rauglaudre - dans Stratégie de management
commenter cet article

commentaires

I 26/10/2010 10:49



En effet, les managers sont actuellement bouffé par le système qu'ils ne sont plus là que pour occuper une chaise vide



valentine Chapus-Gilbert 02/05/2006 14:22

Bonjour Laurent,
Le manager perd certaines prerogatives, mais ce soulagement de se savoir epaule peut aussi lui faciliter l'action manageriale aupres de son entite !
Nous avons ecrit un ouvrage qui sortira en octobre sur la prise de fonction de manager, et lancons les echanges sur notre blog (cf adresse ci dessus, c'est le debut, vos idees et commentaires sont bienvenus !) qui tend a montrer que la tache est dense, lorsque l'on prend ses fonctions de manager, tout appui est alors bon a prendre !
Bravo pour ce blog, promis je reviendrai !

christophe blazquez 19/02/2006 15:38

Effectivement,La complexification des organisations et les organigramme matriciels peuvent tendre à déresponsabiliser les managers mais également à conduire vers de la démotivation ...

christine 06/02/2006 22:45

merci nicorazon pour cet échange!
En proposant aux chefs d'entreprise et managers de devenir des philosophes en action, Gaston Berger voulait éviter comme toi que l'action ne les entraînat à s'interesser trop aux moyens et à s'enliser dans le court terme, ce qui est, c'est vrai une tentation bien fréquente comme celle d'ailleurs de confondre buts et moyens!
le sujet est ardu car il souligne aussi la question de l'éthique professionnelle et surement pour nous consultants la réflexion entre l'éthique de convictions  et l'éthique de responsabilités.
ceci dit, réalistement, nous voyons bien tous la complexité de la vie de l'entreprise qui répond à trois sollicitations différentes de 3 groupes humains, eux mêmes complexes (epargnants, clients, salariés), avec des conditionnements psychologiques, sociologiques, biologiques en interactions et, pour couronner le tout, un libre arbitre, des préoccupations éthiques et métaphysiques

Nicorazon 06/02/2006 07:45

Merci Christine... et sympa ton site, aussi. Il est rangé dans mes "marque pages".Bien sûr qu'il faut rester pragmatique. Je n'ai aucune expérience de manager, sauf celle, très particulière, de manager des étudiants et celui, indirect, d'avoir été un élu. Mais j'ai l'observation de longues conversations avec Laurent et avec des amis sur le sujet. Ayant été en contact étroit avec des directeurs de lycée et de collège, j'ai vu le désastre que peut-être la déresponsabilisation de ces "managers" d'un type particulier : aucun pouvoir sur le choix des profs, de la politique de leur établissement, de leurs finances, "je m'en foutisme" des rectorats et des académies etc. On retrouverait un peu la même chose du côté du monde politique et des élus (sauf dans les grandes villes), complètement dépossédés de leur pouvoir par rapport aux choix politiques, financiers etc. en raison de la pression des grandes administrations...Le pragmatisme, s'il est nécessaire, il n'est pas suffisant. Ma position n'est pas une position sur le registre des faits, mais sur celui de la cogitation et du regard politique (au sens large). C'était une erreur de ma part de parler de "contemplation", parce que ce concept peut être lu différemment. Toutefois, ce qui est en jeu, c'est la difficulté de passer d'une vision immédiate et mécaniste des questions à traiter à une vision élargie et organique. Il faut apprendre à penser de manière complexe (voir Edgar Morin). Est-ce applicable dans le cas du manager d'entreprise ? Je ne sais pas. Le recrutement ? pouvoir sur les actionnaires ? Fournisseurs et clients ? etc. A  discuter dans chacun de ces cas.

Cadeau de bienvenue

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement :

7 clés pour devenir un super manager




Vos adresse mail reste confidentielle. Je ne la donne pas, je ne la vends pas.
J'envoie un à deux courriels par mois aux personnes inscrites.

Recherche

Bienvenue...

laurent---photo-blog.jpg

Déjà 500 000 visites

Des centaines d'articles publiés

Depuis 2004, je partage des expériences, anecdotes, outils de management : optimiser son temps, manager son équipe, manager son chef, diriger un projet, travailler en intelligence collective. Je propose une démarche inspirée de la vie professionnelle et de la vie au sens large. J'espère que vous y trouvez de l'inspiration pour devenir le manager que vous rêvez d'avoir. Bonnes lectures...

Suivez-moi

Articles populaires :

Un comité de pilotage, pour quoi faire ?

Avoir le temps, prendre le temps

Traduction d'une conférence de Steve Jobs

Du bon usage de la copie cachée

L'objet du mail, une accroche publicitaire

Motiver et construire un vrai planning

La proactivité, c'est bien peu de choses